Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

20 novembre 2018

Communiqué Hebdo Rive Nord - equiperedaction@lexismedia.ca

Le Bloc réclame une aide financière aux médias écrits

Monique Pauzé

©Photo gracieuseté

Monique Pauzé, députée fédérale dans Repentigny.

La députée bloquiste de Repentigny a accusé le gouvernement fédéral de contribuer au déclin de la presse écrite alors que le quotidien La Presse annonçait la suppression de 37 postes, dont 19 dans sa salle de rédaction.

« La presse écrite est en crise partout au Québec et que font les partis fédéraux ? Les conservateurs partent en guerre contre les médias et les libéraux les laissent mourir. On a besoin d’une presse libre et forte au Québec pour une démocratie saine. Il faut qu’Ottawa se sorte immédiatement la tête du sable », a déclaré Monique Pauzé.

Le Bloc Québécois réclame un crédit d’impôt remboursable sur les dépenses salariales des médias écrits. Monique Pauzé s’attend également à ce que le gouvernement fédéral fournisse une aide financière immédiate aux journaux et magazines de petits marchés et de régions mal desservies. Les consommateurs de la presse écrite font aussi partie de la solution : les lecteurs méritent un crédit d’impôt sur leurs abonnements payants.

Le Bloc demande également au gouvernement Trudeau une vaste refonte des lois encadrant le commerce électronique afin de soumettre les géants du Web, comme Facebook et Amazon, aux lois québécoises et canadiennes. Actuellement, ces multinationales profitent, entre autres, d’un avantage injuste face aux médias traditionnels dans la vente d’espaces publicitaires parce qu’elles ne sont pas soumises à la Loi sur l’impôt.

« Non seulement le gouvernement Trudeau est à la traîne, il fait même partie du problème. Il a triplé ses achats de publicité sur Facebook en sachant très bien que Facebook ne leur facture par les taxes et ne paie pas d’impôts chez nous. Ça prend un vrai changement de culture à Ottawa parce qu’actuellement, le gouvernement fédéral fait partie des fossoyeurs de la presse écrite », a conclu Monique Pauzé.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média