Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

06 Novembre 2018

Nathalie Vigneault - nvigneault@lexismedia.ca

33 employés perdront leur poste d’ici fin janvier

33 employés perdront leur poste d’ici fin janvier

©Photo Nathalie Vigneault

Les élus ont réagi à cette annonce

La fermeture de magasins Rona annoncée hier par les dirigeants de Lowe’s touche 33 employés de la succursale située sur le boulevard L’Ange-Gardien à L’Assomption, employés qui pourront être relocalisés, indique la porte-parole.

À la direction de la succursale de L’Assomption, on nous a référé au bureau chef situé à Boucherville. « Nous prévoyons que la plupart des employés touchés au Québec, 33 au Rona L’Assomption, se voient offrir un poste dans un magasin avoisinant au sein de notre réseau », a indiqué par courriel Valérie Gonzalo, responsable des relations médias chez Lowe’s. Dans le secteur, les magasins les plus près sont le Rona à Repentigny ou le Réno-Dépôt à Lachenaie. Plus loin, on retrouve aussi une succursale à Joliette ainsi qu’à Mascouche.

Contacté par l’Hebdo Rive Nord, le maire de L’Assomption Sébastien Nadeau, dont l’administration déploie maints efforts pour garder les emplois dans sa ville, a réagi à cette fermeture. « Notre première pensée va vers les gens touchés, car leur vie et celle de leur famille en sera bousculée. Nous souhaitons que ces gens puissent se trouver un autre emploi avec d’aussi bonnes conditions sinon meilleures. D’autre part, de nombreuses entreprises se cherchent des employés ici même à L’Assomption », dit-il.

Pour sa part, la député Monique Pauzé a aussi réagi à cette fermeture par voie de communiqué. « En mai 2016, dans la foulée de l’approbation de la vente de Rona au quincaillier américain Lowe’s par le Bureau de la concurrence du Canada, le Bloc Québécois avait sommé le ministre du Développement économique, Navdeep Bains, d’imposer des conditions à la transaction pour protéger les emplois québécois, mais le gouvernement Trudeau n’a rien fait. Les 40 libéraux québécois n’ont pas voulu protéger nos travailleurs », a déploré Monique Pauzé.

Questionné par les médias nationaux, le premier ministre François Legault a indiqué qu’il était trop tard pour empêcher ces fermetures et qu’il mettrait en place un mécanisme afin de protéger les sièges sociaux au Québec, mandat qu’il confierait à Pierre Fitzgibbon, nouveau ministre de l’Économie et député de la circonscription de Terrebonne.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média