Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

13 mars 2018

Nathalie Vigneault - nvigneault@lexismedia.ca

«De bonnes intentions, mais peu de moyens»

Budget Fédéral

©(Photo TC Media –archives )

Pour la députée fédérale Monique Pauzé, le budget Morneau déposé le 27 février contient très peu de mesures qui vont réellement aider les Québécoises, malgré la «saveur féminine» qu'on lui a octroyée.

«On ne peut pas être contre les mesures et programmes favorisant les femmes et l'égalité, mais ce sont des choses qui existent déjà ici», souligne Mme Pauzé faisant référence au développement du service de garde ou encore l'équité salariale, dont une loi sur le sujet existe déjà au Québec depuis 22 ans, rappelle-t-elle. Toutefois, cette mesure profitera aux employées sous juridiction fédérale, qui n'étaient pas couvertes par la loi québécoise.

Parmi les lacunes de ce budget soulevées par Mme Pauzé, il y a l'absence de nouveaux moyens pour la lutte aux paradis fiscaux. «Le comble est que deux nouvelles îles ont signé une entente avec le gouvernement du Canada sur les renseignements fiscaux», s'insurge-t-elle. En effet, on apprenait au début de février que les entreprises canadiennes qui ont des filiales dans de tels états peuvent y déposer leurs profits sans payer d’impôt au Canada. «Notre collègue Gabriel Ste-Marie a déposé une motion afin que l'entente ne soit pas ratifiée», ajoute la députée.

De plus, les géants du web comme Netflix ont toujours congé de TPS. «Le débat est reporté de fois en fois et pourtant, des pays sont déjà organisés pour les taxer. Alors prenons les mesures qui existent déjà», déplore Mme Pauzé.

La députée se dit aussi déçue du résultat des mois de pression pour l'aide aux médias locaux, avec la crise des médias. «Avec un maigre 50 M$ sur cinq ans, cela représente à peu près 1 M$ par province par année».

Moins d'argent dans nos poches

Pour Monique Pauzé, il s'agit de beaucoup d'argent perdu, des centaines de millions qui ne vont pas en santé notamment. Un autre aspect du budget insatisfaisant aux yeux de la députée, est que les transferts en santé sont toujours insuffisants. «3%, comme sous les conservateurs, ce n'est pas assez quand on sait que les coûts en santé augmentent de 5% annuellement».

Une autre mesure absente du budget qui a un impact pour nos agriculteurs, est la compensation pour pertes sur la gestion de l'offre lors d'accords commerciaux comme l'ALENA.

Enfin, tel que le soulignait Mme Pauzé il y a quelques mois, les contribuables qui gagnent un revenu moyen sont perdants comparativement aux mieux nantis. «…la vraie classe moyenne qui s’attend à avoir un peu de répit ne l’aura pas. Pour bénéficier du maximum de la baisse d’impôt, il faut gagner entre 110 000 $ et 240 000 $ bruts», disait-elle.

Pas de changement à l'horizon sur ce plan. «Dans la circonscription de Repentigny, 5,3 % de la population pourra bénéficier du maximum de la baisse d’impôt puisque le revenu moyen des contribuables du comté se situe à 43 700 $».

Plus de pouvoirs aux localités

Afin de donner plus de pouvoirs aux règlements municipaux et aux lois provinciales, Monique Pauzé dépose le «Projet de loi sur la gestion du territoire», qui sera débattu en avril. Ce projet de loi modifierait huit lois fédérales en matière d'aéroports, de pipelines interprovinciaux, de propriétés fédérales, de port et de quais et de télécommunication notamment.

Par exemple, avec cette loi, «Les entreprises de télécommunication devront s’entendre avec les municipalités et ériger leurs tours dans le respect des résidents». Ou encore, «Les privilèges d’un promoteur d’aéroport cesseront d’être au-dessus de la Loi sur la protection du territoire agricole».

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média