Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

30 Mai 2018

Cri voit grandir ses p’tits loups depuis 28 ans

Semaine des services éducatifs en CPE et en milieu familial 

Par Olivia Nguonly - equiperedaction@lexismedia.ca

©Photo Hebdo Rive Nord - Olivia Nguonly

ÉDUCATRICES. Âgée d’à peine dix ans, Christiane Gagné se souvient qu’elle gardait déjà les enfants de son quartier. Une fois devenue maman, elle choisit de demeurer à la maison pour s’occuper de ses deux petites. La fillette d’une amie se joindra à elles par la suite et naîtra alors le début d’une belle carrière pour celle qui exerce toujours avec passion depuis 28 ans le métier d’éducatrice en milieu familial.

« J’aime être à la maison avec les enfants pour prendre le temps de prendre le temps. Le système des installations, ce n’est pas fait pour moi. C’est très planifié au niveau de l’horaire alors que moi, je n’ai pas de contrainte de temps », explique Mme Gagné qui accueille six amis dans sa garderie les p’tits Loups.

Elle s’inspire grandement de ses cocos dans le choix de ses activités et estime que c’est une recette gagnante. « Aucun enfant n’est pareil et ils n’ont pas les mêmes intérêts, alors j’y vais avec ça, parce que c’est ainsi qu’ils apprennent le mieux! »

Pas seulement éducatrice…

Celle que les plus jeunes surnomment affectueusement « Cri » est toutefois consciente que si son milieu de vie lui octroie une grande liberté au quotidien, il vient avec aussi avec son lot d’exigences.

« Je gère tout. C’est un grand travail d’organisation d’avoir une garderie à la maison. Oui, je suis éducatrice, mais je fais aussi du ménage, de la paperasse, je suis également la psychologue auprès des familles et je suis aussi cuisinière! »

Selon Christiane Gagné, dont le service de garde est accrédité par le bureau coordonnateur depuis 1999, les exigences du gouvernement sont par ailleurs de plus en plus grandes chaque année. « Il veut que nous devenions de petites installations, alors que ça ne s’applique pas », estime-t-elle.

Plus de 55 heures par semaine

©Photo Hebdo Rive Nord - Olivia Nguonly

Celle que les petits appellent affectueusement Cri est fière de dévoiler son mur de finissants où sont photographiés tous ceux qui ont grandi chez elle avant de quitter pour l’école.

Si elle réussit à compléter tout ce qui a trait à la bureaucratie pendant la sieste des enfants, il n’en demeure pas moins que son horaire de travail dépasse les 55 heures par semaine. En plus d’accueillir ses cocos de 7h à 17h30, du lundi au vendredi, l’éducatrice planifie les repas de la semaine les samedis et dimanches et à cela s’additionnent le ménage, la désinfection et la planification des activités.

« Il ne faut pas que je regarde le nombre d’heures que je travaille. Il faut vraiment aimer ça et ne pas le faire pour la paie, c’est certain », partage Mme Gagné qui dit encore vivre sa passion après ses 28 années de métier.

L’expérience et la qualité du service qu’offre Cri dans sa maison de la rue Poupart, à Repentigny, transcendent déjà les générations, puisqu’elle a accueilli pour une quatrième fois un enfant dont elle avait gardé l’un des parents.

« J’ai averti le petit que je ne garderais pas ses enfants à lui par contre », blague-t-elle.

Pour Christiane Gagné, la proximité du milieu familial lui amène également à tisser des liens très forts avec les petits et leurs parents. « Les jeunes de 18-19 ans reviennent me voir. On est vraiment comme une deuxième famille. C’est ce que me disent les parents qui se confient aussi beaucoup à moi. »

Aujourd’hui, l’éducatrice croit que les enfants ont encore beaucoup à lui apprendre et tant et aussi longtemps que sa santé sera au rendez-vous, Cri entend continuer à s’occuper de ses petits amis. « Je vais écouter mon corps, parce que moi, j’ai encore du fun », sourit-elle.

Articles connexes