Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

12 Juillet 2018

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Une microdistillerie ouvrira ses portes à Saint-Jacques

Une première dans Lanaudière

©Photo gracieuseté - Renée Ledoux - Hebdo Rive Nord

Les quatre associés, de gauche à droite: le vice-président, Marcel Mailhot, le directeur de communication et marketing Jean-Benoit Landry, le maitre distillateur, Pasqual Di Paolo et le PDG, Jean-Philippe Rail lancent la première microdistillerie dans Lanaudière, soit Grand Dérangement, nom donné en l’honneur des Acadiens.

Amateurs de whisky single malt, de gin, de rhum et de vodka, sachez qu’il sera dorénavant possible de déguster votre boisson favorite à Saint-Jacques, puisqu’une toute nouvelle microdistillerie artisanale ultramoderne s’apprête à ouvrir ses portes. «Grand Dérangement» est un concept  pensé et créé par des gens d’ici, une première sur le sol lanaudois.    

Jean-Philippe Rail, gestionnaire financier, rêve d’ouvrir sa propre microdistillerie et de créer ses produits depuis déjà plusieurs années. C’est à la suite d’un séjour en Écosse que cette idée lui vient en tête. Puis, les voyages se multiplient. À la suite d’un questionnement à savoir pourquoi il a tant de distilleries en Écosse, on lui répond que c’est grâce à l’abondance de l’eau. Le lien avec les ressources québécoises se fait donc naturellement.

Ainsi, après trois ans de travail et de perfectionnement, dont un cours suivi à l’«Institute of Brewing and Distilling», en Angleterre, il s’associe avec trois partenaires passionnés et se lance en affaires.

Clin d’œil historique

De plus en plus populaire et en demande, les microbrasseries s’implantent au Québec. En pourparlers depuis un moment, Grand Dérangement aura sa place au sein du parc industriel sur la rue Marcel-Lépine visible de la route 158.

Le nom de la microdistillerie est d’ailleurs imprégné des traces du passé et fait référence aux Acadiens qui ont mis les pieds au Québec et particulièrement à Saint-Jacques, puisqu’ils ont été exilés. Il s’agit d’une signification importante pour la région et fait un clin d’œil au sentiment d’appartenance constituant l’histoire.   

Faire les produits sur place

Sur place, la clientèle pourra avoir accès à des visites guidées éducatives et ludiques. Celles-ci permettront d’en apprendre davantage sur la distillation, ainsi que sur les procédés de fabrication. Les amateurs auront la chance de mettre les pieds directement dans l’usine disposée à côté d’un salon de visiteurs, d’une boutique proposant une variété de produits et d’un centre d’interprétation.

« Ça sera une destination agrotouristique à visiter pour les gens du secteur ainsi que ceux provenant d’un peu partout au Québec », exprime le directeur  communication et marketing, Jean-Benoit Landry.

Le procédé utilisé est celui du grain à la bouteille qui s’avère un peu plus couteux. Cultivant elle-même son maïs pour produire leur alcool neutre chez Marcel Mailhot, soit l’un des coactionnaires du projet possédant des terres, l’équipe tend à miser sur des ressources locales. La façon d’y parvenir est de partir du maïs en le moulant et en le faisant fermenter, un peu comme l’équivalent d’une bière, en ajoutant le pourcentage d’alcool nécessaire en distillant celle-ci, puis en la bouillant.

Comme l’indique M. Landry, le procédé n’est pas si complexe, mais il demande savoir-faire. Certain types d’alcool doivent être vieillis, alors que d’autres ne requièrent pas cette étape.

À la SAQ

L’équipe prévoit présenter un beau portfolio de produits et veut avant tout faire vivre une expérience de dégustation aux clients. L’an prochain à pareille date, elle désire lancer un premier produit à la SAQ. La microdistillerie sera en fonction début 2019.

« C’est un beau projet. On espère que les gens vont avoir un sentiment d’appartenance. Ce sont des spiritueux de Lanaudière qui sont faits majoritairement d’ingrédients à partir d’ici », partage le directeur de communication et marketing. Ayant à cœur le Québec, Grand Dérangement pourrait voir ses produits s’exporter ailleurs dans le monde.

La construction du bâtiment est prévue pour septembre jusqu’en décembre. Pour suivre l’évolution du Grand Dérangement, consultez le grandderangement.ca et la page Facebook associée.

Une microdistillerie ouvrira ses portes à Saint-Jacques

©Photo gracieuseté - Aedifica - Hebdo Rive Nord

La maquette des plans architecturaux réalisés par la firme Aedifica pour la nouvelle microdistillerie.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par