Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

02 Août 2018

Renée-Claude Doucet - rcdoucet@lexismedia.ca

C’est parti pour Laurel et Hardy

Première le 2 août

©Photo Christian Richard

L’équipe de Laurel et Hardy, alors qu’ils découvraient pour la première fois les décors dans lesquels ils joueront tout le mois d’août, à L’Assomption.

THÉÂTRE. À quelques jours du lever du rideau de la première de Laurel et Hardy, la fébrilité est palpable dans les coulisses de la pièce fort attendue à L’Assomption. L’Hebdo Rive Nord rencontrait récemment les deux têtes d’affiche du spectacle, André Robitaille et Louis Champagne, qui se disent privilégiés de se glisser dans la peau de deux icônes du cinéma.

Après avoir lu et relu leurs textes, après avoir répété puis recommencé, après avoir essayé les costumes et testé les éclairages… André et Louis se sentent comme ces athlètes avant une compétition importante. Ils sont prêts à brûler les planches et à donner le meilleur d’eux-mêmes. 

«Je suis nerveux, mais dans le bon sens du terme, partage André, qui interprète Laurel. Le ‘’show’’ est ambitieux, nous offrons quelque chose de costaud au public cette année. Ce qui augmente peut-être un peu le niveau de stress. Mais j’ai hâte.»

«Après autant de répétitions, nous ne nous trouvons plus drôles… nous attendons le public. Les premiers rires vont nous donner de l’oxygène. Le spectacle va d’ailleurs peut-être se transformer. Il y a quelque chose de très excitant dans ce rendez-vous avec les gens», commente pour sa part Louis, alias Hardy.

Laurel et Hardy

©Photo Christian Richard

André Robitaille, alias Laurel.

Du décor à la demi-moustache

Le décor impressionnant, mis en place quelques minutes avant notre rencontre avec les comédiens, plonge la distribution dans un tout autre univers, concrétisant enfin le projet.

«Jusqu’à aujourd’hui, nous répétions dans un local à Montréal, avec des collants par terre. Chaque comédien qui découvre le décor se dit ‘’wow!‘’ Nous avions vu des plans, des maquettes, des accessoires…  mais maintenant, nous avons les deux pieds dedans, c’est tout autre chose», explique André.

À une semaine de la première, les derniers préparatifs demeurent plutôt «techniques», confie Louis. «Pour certains numéros, notamment ceux avec des effets visuels, nous avions besoin d’être dans le théâtre pour les peaufiner. Nous allons aussi y aller avec des enchaînements complets. Et enfin, nous allons enfiler nos costumes et nous maquiller, sans oublier ma demi-moustache.»

Les deux artistes qui ne quittent pratiquement pas la scène de la pièce seront aussi appelés à effectuer une certaine introspection. «C’est une histoire qui va faire rire, mais qui va aussi toucher. Et le fait de doser tout ça fait partie de notre cheminement des prochains jours», ajoute André.  

Les costumes, typiques de l'époque, plongeront rapidement les spectateurs dans l'ambiance.

Films, femmes et scotchs

Ce sont des hommes «entiers», vivant au maximum, que les deux comédiens incarneront sur scène. L’interprète de Laurel ajoute d’ailleurs : «Combien de films combien de femmes, combien de verres de scotch… tout ça est mélangé, le pied au fond. Et il y a l’amitié, à travers le temps. Ils sont restés amis jusqu’à la fin. Tout ça a duré, comme leur carrière.»

Celui qui campe Hardy admire pour sa part leurs différences. «Stan (Laurel) était le travaillant et Oliver (Hardy) était le partenaire comique pour le travail. Aussitôt qu’il en avait la chance, il s’en allait aux courses de chevaux, jouer au golf ou prendre un verre. Stan était vraiment le cerveau du duo. Mais ça marchait bien comme ça.»

Louis ajoute enfin que ceux qui connaissent l’histoire de Stan et Oliver ou Laurel et Hardy, vont aimer ça et ceux qui ne la connaissent pas vont la découvrir. «Nous revivons cette époque (1930 à 1950) où le rapport avec les femmes était complètement différent et où avoir du succès était complètement nouveau. La télévision est arrivée après… alors les gens payaient pour aller voir ces stars dans des salles. Et c’était un phénomène mondial.»    

«Laurel et Hardy» est présenté du 2 août au 1er septembre, au Théâtre Hector-Charland, à L’Assomption. Soulignons l’ajout de deux supplémentaires, le 15 août, à 20 h 30 et le 1er septembre, à 15 h. Billet régulier : 60 $. Info : hector-chalrand.com   

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par