Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

23 Août 2018

Geneviève Geoffroy - ggeoffroy@lexismedia.ca

Un ex-porte-parole de la SQ saura bientôt s’il subira un procès

Un ex-porte-parole de la SQ saura bientôt s’il subira un procès

Benoit Richard.

JUSTICE. Une nouvelle étape s’annonce dans les procédures judiciaires intentées contre un ancien porte-parole de la Sûreté du Québec accusé d’avoir fabriqué et de s’être servi d'un faux document de sécurité, puis d’avoir commis un abus de confiance lorsqu'il était en poste au quartier général du corps de police à Mascouche.

En effet, le sergent Benoit Richard , 47 ans, de Joliette, devra subir une enquête préliminaire en novembre, au palais de justice de Joliette. L’audience doit durer deux jours. Le juge qui la présidera devra déterminer s’il existe un début de preuve suffisant contre lui justifiant la tenue d’un éventuel procès.

Benoit Richard a été traduit en justice parce qu’il aurait fabriqué un faux document et s’en serait servi. Ce document est un formulaire d'habilitation sécuritaire, lequel sert notamment à enquêter sur une personne postulante dans une organisation comme la Sûreté du Québec.

Selon ce que révélait La Presse, le 31 janvier dernier, l'homme de 47 ans et résident de Joliette aurait agi de la sorte pour aider une femme qui postulait pour un poste de répartitrice à la Sûreté du Québec.

Le directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, n'avait alors pas voulu commenter cette information révélée par le média montréalais.

Sous enquête

Pour ce crime lui étant reproché, Benoit Richard fait face à trois accusations criminelles.

Il est accusé d'abus de confiance « relativement aux fonctions de sa charge en lien avec une procédure d'habilitation sécuritaire », de fabrication d'un faux formulaire d'habilitation sécuritaire « avec l'intention qu'il soit employé ou qu'on y donne suite au préjudice de son employeur » et de s'en être servi « comme si ce document était authentique ».

Le dépôt de ces accusations, selon Guy Lapointe, découle d'une enquête criminelle menée par la Direction des normes professionnelles de la Sûreté du Québec.  

Cette enquête a été amorcée à l'automne 2016 et, depuis, Benoit Richard est suspendu avec solde, conformément aux dispositions du contrat de travail des policiers de la Sûreté du Québec.

Porte-parole

Au moment de sa suspension,  Benoit Richard était affecté au quartier général de la Sûreté du Québec, à Mascouche.

Au cours de sa carrière au sein du corps policier, il a été longtemps porte-parole pour la grande région de Montréal, dont Lanaudière. En 2013, il a notamment mené de front les communications de la Sûreté du Québec lors de la tragédie de Lac-Mégantic. Ses apparitions publiques ont toutefois cessé l'année suivante.

Si un procès avait lieu et s’il était trouvé coupable, Benoit Richard s'exposerait à une peine maximale de 10 ans de pénitencier ainsi qu'à une destitution.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média