Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

18 septembre 2018

Nathalie Vigneault - nvigneault@lexismedia.ca

Monique Pauzé réintègre le Bloc québécois

Monique Pauzé

©Photo gracieuseté

Monique Pauzé, députée fédérale pour le Bloc Québécois dans Repentigny.

À l’occasion de la rentrée parlementaire, les cinq députés de Québec Debout annoncent qu’ils retournent sous la bannière du Bloc québécois.

« C’est un soulagement pour nous, mais aussi pour plusieurs partisans qui craignaient la division du vote », indique d’emblée Mme Pauzé, en entrevue téléphonique, à quelques heures de la rentrée sur la Colline.

Le départ de Martine Ouellet du Bloc québécois avait déjà commencé à annoncer la fin de Québec Debout, puisque deux candidats dissidents étaient retournés dans les rangs du Bloc, soit Michel Boudrias et Simon Marcil.

À la suite de discussions récentes avec toutes les instances du parti, dont l’aile jeunesse, menées par Mario Beaulieu et Yves Perron, président du Bloc québécois, l’ensemble des élus réintègrent donc le parti qui les a fait élire.

Aléna et Trans Mountain

Les négociations de l’Aléna avec les États-Unis continueront d’occuper les parlementaires à Ottawa, dont Monique Pauzé qui souligne que « Justin Trudeau trahit ses promesses électorales de conserver intégralement la gestion de l’offre ».

« S’il ouvre la porte à l’industrie laitière américaine, ce sera un désastre sur le plan social, environnemental et aussi sur le plan de la santé », fait valoir Mme Pauzé.

D’autre part, la députée de Repentigny verra son projet de loi débattre en Chambre à la fin octobre. Son projet de loi vise à redonner le pouvoir aux localités en matière de réglementation d’infrastructures de juridiction fédérale notamment, incluant les pipelines.

« Quand on dit qu’au Bloc on veut défendre les intérêts des Québécois à Ottawa, c’est un exemple. Je me suis soulevée presque chaque semaine contre Énergie Est contrairement aux autres partis. Maintenant, Trudeau nous impose 20% de la facture de l’achat de Trans Mountain, que la Colombie-Britannique ne veut pas rappelons-le », s’insurge Mme Pauzé.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média