Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 avril 2019

Des formations professionnelles qui répondent aux besoins de nos entreprises

Lanaudière connaît une hausse de l’emploi

CFP des Riverains

©Photo Olivia Nguonly

Le personnel du CFP des Riverains de Repentigny travaille en collaboration avec certaines entreprises de la région afin d’offrir des programmes qui répondront aux pénuries de main-d’œuvre.

EMPLOI. Saviez-vous qu’avec la région des Laurentides, Lanaudière affiche le taux de croissance annuel moyen de l’emploi le plus élevé parmi l’ensemble des régions administratives du Québec? À l’affût de la forte demande dans divers secteurs d’activités, la Commission scolaire des Affluents (CSDA) propose justement des parcours enviables dans ses centres de formation professionnelle.

« Aujourd’hui, le défi des employeurs est de trouver une main-d’œuvre qualifiée. Certains refusent même des contrats faute de personnel », avance d’emblée Isabelle Lemire, coordonnatrice de la formation professionnelle et de la formation aux adultes à la CSDA.

Selon les données compilées par Emploi Québec, au cours des dernières années, la région de Lanaudière a connu une solide hausse de l'emploi. La croissance démographique et la diversité économique expliquent en partie cette évolution.

Mme Lemire constate également qu’à la lumière des récentes études, les emplois en demande seraient au niveau de la vente, autant au détail qu’en gros, du soutien informatique, du secrétariat, de la comptabilité et de la conduite d’autobus.

À l’écoute du marché

En quelques clics sur le site web du Centre de formation professionnelle (CFP) des Riverains, situé à Repentigny, il est possible de recueillir des informations sur les parcours académiques qui mènent à ces emplois.

« Nous effectuons un travail de collaboration entre l’entreprise et l’école afin de former les élèves ; nos formations sont en lien avec les secteurs qui connaissent une pénurie de main-d’œuvre », confirme la coordonnatrice, qui invite du même souffle les gens intéressés à consulter les autres programmes offerts au CFP des Moulins.

Pour sa part, Karine Jodoin, agente de développement au CFP des Riverains, met l’accent sur les avantages et l’éventail de possibilités qu’offrent les cheminements d’étude de niveau professionnel.

« D’abord, c’est possible d’aller chercher un diplôme d’études secondaires en complétant un diplôme d’études professionnelles (DEP). Ce dernier n’est pas une fin en soi ; nous avons aussi des ententes avec des cégeps et des universités, même si ce n’est pas très connu. »

En ce sens, certains DEP offerts à la CSDA sont accessibles dès la quatrième année du secondaire; une option qui permet d’ailleurs de raccrocher certains jeunes à l’école. Mme Lemire précise néanmoins que la grande majorité des étudiants au DEP ont terminé leurs études secondaires. Ensuite, avec leur DEP en poche, les jeunes ont le choix de faire leur entrée dans le monde du travail ou de poursuivre leurs études.

Une formation concrète

Un autre aspect positif aux programmes offerts au CFP, autant de Repentigny que de Terrebonne, serait la qualité de la formation. « Il s’agit d’une formation qui va directement au but », résume Mme Jodoin.

« C’est concret, les jeunes travaillent avec ce qu’ils ont appris, ce n’est pas comme au secondaire. Il faut aussi savoir que l’université n’est pas faite pour tout le monde. Les DEP ont longtemps été dénigrés, même par les parents, mais il faut garder en tête que ce n’est pas une fin en soi non plus », renchérit Éric Ladouceur, coordonnateur aux communications à la CSDA, et père d’un jeune qui a suivi un parcours dans l’un des CFP.

Isabelle Lemire reconnait qu’il reste du chemin à faire afin de valoriser à sa juste valeur les parcours académiques professionnels. « Nous sommes en train de défaire ça, que ce sont seulement les jeunes en difficulté qui s’inscrivent au DEP. »

Selon un sondage mené au CFP des Moulins, 30 % des étudiants inscrits avaient d’ailleurs déjà fréquenté le cégep ou l’université. « La plupart ne s’y étaient pas retrouvés et au secondaire, on n’avait pas présenté à certains l’option du DEP. »

 

SARCA et le RAC ; des services qui gagnent à être connus

Le SARCA (Service d’accueil, de référence, de conseil et d’accompagnement) est offert gratuitement au sein de toutes les commissions scolaires aux personnes désireuses de réorienter leur carrière, notamment, et qui ne savent pas par où débuter. « Il s’agit de l’un des services les plus appréciés et le plus méconnu », s’étonne Isabelle Lemire, coordonnatrice de la formation professionnelle et de la formation aux adultes à la CSDA. La RAC, quant à elle, permet de transformer en quelque sorte une expérience en diplôme. « Il s’agit d’une démarche rigoureuse où la personne est évaluée avant un retour aux études afin qu’elle n’ait pas réapprendre ce qu’elle sait déjà », explique Mme Lemire.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média