Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

16 juin 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Portrait d'un père modèle

fête des Pères

Sébastien Nadeau et sa famille

©Photo gracieuseté - Hebdo Rive Nord

Le maire de L’Assomption et père, Sébastien Nadeau, est fier de voir sa famille grandir.

FAMILLE. À l’occasion de la fête des Pères, le maire de L’Assomption, Sébastien Nadeau a accepté de partager son portrait de famille et comment il réussit à établir un équilibre entre sa vie personnelle et professionnelle. En entrevue avec l’Hebdo Rive Nord, il revient sur les dernières années, son choix de se lancer en politique et son désir de redonner à la vie.

Sébastien Nadeau est fier des valeurs transmises à ses quatre filles; Justine âgée de 22 ans, Béatrice - 20 ans, Laurence - 18 ans et sa dernière, Lili-Rose - 8 ans. Ayant une famille tissée serrée, Sébastien Nadeau sait qu’il peut compter sur elle pour prendre de meilleures décisions. Le résident de L’Assomption et sa conjointe se sont toujours sentis choyé par la vie. Après avoir eu trois filles, ils souhaitaient redonner à la vie. C’est pourquoi ils se sont tournés vers l’adoption.

« Nous nous sommes rendu compte que nous étions chanceux d’être aussi heureux. C’est alors que nous nous sommes dit pourquoi ne pas adopter un autre enfant? », souligne-t-il. Malgré le processus complexe et les longues démarches, le couple n’a pas abandonné son idée.

C’est finalement au Vietnam qu’ils ont trouvé leur petite fille. Le papa raconte le sentiment que sa conjointe et lui ont ressentis après avoir vu sa photo. Entre ce moment et la première rencontre, ils ont dû attendre neuf mois. « Une fois que tu connais l’existence de ton enfant, que tu vois sa photo, tu l’aimes déjà. C’était notre fille », fait-il part.

Moment inoubliable 

Les parents et leurs filles souhaitaient accueillir la nouvelle venue ensemble et lui offrir un accueil inoubliable. Avant de connecter avec les parents, la petite s’est rapidement liée d’amitié avec ses sœurs et la confiance s’est installée avec chacun. M. Nadeau se souvient qu’à leur arrivée à l’orphelinat, ils avaient reconnu la petite de loin. Puis, il y a eu ce moment, où l’enfant a dû couper les ponts avec ses éducatrices. « Ces dernières s’attachent également aux enfants, mais une coupure doit se faire de leur côté. Ce moment-là, c’est l’enfer », confie-t-il.

Ouverture sur le monde

L’arrivée de Lili-Rose dans la vie de la famille a permis aux trois sœurs d’avoir une ouverture d’esprit sur le monde et des valeurs de partage qui les suivront tout au long de leur parcours. Chacune trace déjà son chemin. Justine étudie en psychologie, Béatrice se dirige pour être pharmacienne et Laurence est au cégep.

Avant même d’être élu pour devenir maire de L’Assomption, Sébastien Nadeau s’était penché sur le volet environnemental et ce sont ses filles qui l’ont challengé, particulièrement aux soupers. Le support pour se lancer en politique, il l’a reçu de ses enfants qui prenaient à cœur la critique, notamment sur les réseaux sociaux.

Tout ça a fait partie intégrale de leur éducation de voir leur père réagir à des situations en gardant son calme. Le secret pour trouver l’équilibre selon M. Nadeau est de se trouver des moments, partir en vacances ensemble et s’intéresser l’un à l’autre. « Je suis chanceux, car j’ai des filles qui ont un bagage pour affronter la vie », explique-t-il.

Impact sur la communauté 

Reconnaissant d’être bien entouré, il est choyé par sa vie de famille. L’un de ses projets serait de retourner au Vietnam pour montrer à Lili-Rose où elle est née, prendre connaissance de ses racines et voir son pays d’origine. « C’est du bonheur pur », en convient-il.

Ne prenant rien pour acquis du côté politique, le maire est fier des réalisations jusqu’à présent et est conscient des décisions plus difficiles qui vont peut-être s’imposer à un certain moment. C’est à plus long terme que les impacts des décisions se font sentir et la portée des projets.

« Avoir un impact sur la vie des gens, c’est ce qui m’importe. Les enfants, c’est ça une communauté. L’Assomption, c’est la famille », conclut-il.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média