Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

02 juillet 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Des délais plus longs dus au manque d'effectif

ambulance repentigny

©Photo Christian Richard

Le manque d’effectif se fait sentir auprès de la population et pour les paramédicaux affectés par la surcharge de travail dans la MRC de L’Assomption et une partie de la MRC de D’Autray.

SANTÉ. Le manque d’effectif continu de se faire sentir du côté du transport ambulancier dans le secteur. On observe même une détérioration au niveau de la zone d’opération 634 couvrant la MRC de L’Assomption et une partie de la MRC de D’Autray. L’ambulancier et président du syndicat local à Repentigny, Sébastien Gourre, dresse le portrait de la situation.

En 2017, le sous-ministre adjoint au ministère de la Santé, Marco Thibault, avait transmis un courriel aux représentants des associations de salariés représentants les techniciens ambulanciers. Dans le document, on faisait part de plusieurs mesures, afin d’améliorer la couverture des services ambulanciers au Québec et de voir à la performance des services préhospitaliers d’urgence.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière (CISSS de Lanaudière) allait dans la même direction « Dans des zones exclusivement couvertes par des horaires à l’heure qui dépassent un taux d’occupation clinique de 90%, il y aura des ajouts d’heures de service et /ou d’ajout de véhicules ».

Le CISSS de Lanaudière recommandait aussi « l’ajout de 8  760  heures de service annuellement, soit deux horaires de 12 heures par période de 24 heures. Cet ajout permettrait de ramener le taux d’occupation clinique relatif à 73,4%»

Pas plus d'effectifs 

Si les acteurs concernés connaissent la problématique, la situation demeure inchangée sur le terrain. « On continue de dire que l’urgence est là. On a de plus en plus de paramédicaux qui tombent au combat. Ils sont complètement épuisés et à bout de la surcharge de travail que nous avons présentement », commente Sébastien Gourre. À son avis, le temps de l’analyse est révolu, il faut agir. Il estime qu’il manque deux ambulances par jour pour une période de douze heures.

Les conséquences

Les répercussions affectent directement la population en raison des délais d’intervention trop longs. Au cours d’une journée, il est fréquent de ne pas avoir aucun véhicule durant deux ou trois heures. Par ailleurs, d’autres données témoignent que la population est grandissante et vieillissante dans le secteur. On accueille plus de citoyens en raison de l’implantation de résidences pour aînés et des projets immobiliers. Les besoins sont donc immédiats.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média