Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

09 juillet 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

La MRC de L’Assomption octroi 25 000 $ au projet du boisé des Terres noires

Réhabilitation naturelle

Boisé des Terres noires à L'Assomption

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Une partie de l’équipe des fiduciaires en présence du maire de L’Assomption, Sébastien Nadeau, des conseillers municipaux sont fiers de constater l’ampleur du projet. La MRC de L’Assomption a octroyé 25 000$ permettant de contribuer à améliorer les milieux de vie de la MRC.

ÉCOSYSTÈMES. La MRC de L’Assomption a récemment octroyé une aide financière de 25000$ à la Fiducie de conservation des écosystèmes de Lanaudière (FCEL) pour la réhabilitation. Propriétaire depuis 2017  de 37,4 hectares du boisé des Terres noires, la FCEL effectue des travaux de réaménagement pour conserver le milieu naturel du site, en plus d’assurer sa protection.

Bien décidé à prendre en main cet espace naturel, la FCEL effectuait cet hiver des travaux d’excavation à la pelle mécanique. Il s’agit d’une des façons les plus efficaces pour enlever le phragmite (le roseau commun). La FCEL explique qu’il faut réussir à contrôler la plante envahissante tenace. Ainsi, un plan de réaménagement a été réalisé et on tend à donner une intégrité écologique à long terme. 

Parmi les autres démarches entamées, soulignons l’aménagement d’un étang d’une superficie de deux hectares et la création de grands marécages au printemps 2018. On a également planté 4 800 arbres et 28 espères différentes. Le travail s’est poursuivi depuis sur de nouvelles parcelles de terrain et on a procédé à la plantation de plusieurs autres arbres et arbustes.

« Le phragmite, il va toujours en rester sur le site. Il va graduellement diminuer pour être remplacé par le milieu d’origine », indique le biologiste et fiduciaire au sein de la FCEL, Réjean Dumas.

Le phragmite se reproduit également par graine. Une colonie de phragmites commence par une tige. « Avoir l’appui d’une MRC pour pouvoir réaliser un projet comme ça, c’est extrêmement stimulant », souligne M. Dumas.

Grâce au travail de la Fiducie, des bénévoles engagés, des élèves des écoles primaires de L’Assomption, des troupes de scouts, le boisé des Terres noires continue à se développer.

Boisé des Terres noires à L'Assomption

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Le milieu naturel est dorénavant protégé par la FCEL qui possède 37,4 hectares.

Le maire de L’Assomption, Sébastien Nadeau et la préfète de la MRC de L’Assomption et mairesse de la Ville de Repentigny, Chantal Deschamps, ont appuyé les efforts permettant de consolider un endroit de milieux humides et forestiers.

Depuis le début, on a entamé le nettoyage de gros rebuts et la création d’un étang pour obtenir un milieu diversifié au fil des années. « Rappelons-nous que l’objectif n’est pas d’éradiquer le phragmite, mais bien de mettre en place un milieu résilient et qui graduellement avec les années va faire son œuvre. Ça va permettre de remplacer le milieu monospécifique du phragmite, une espèce envahissante par un milieu naturel indigène et diversifié », commente le biologiste.

Boisé des Terres noires à L'Assomption

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Les biologistes font le point sur l’évolution du milieu naturel et les objectifs convoités.

L’historique 

Si on remonte dans les années antérieures, le site actuel constituait une tourbière. Dans les années 80, on s’est occupé d’enlever la terre noire. « Le but est de recréer des milieux diversifiés en aménageant et restaurant, en attendant de retourner au milieu d’origine », fait part M. Dumas.

La tâche n’est pas simple, puisque des contraintes s’imposent au milieu telles que des espèces envahissantes. Les arbres sont protégés des micromammifères, du phragmite avec une membrane. Des clôtures ont été installées, afin de sécuriser le secteur afin de contrer par exemple les lapins et les lièvres.

On vise également la qualité de la protection. Par ailleurs, il est à souligner que plusieurs projets de recherche sont réalisés au sein du boisé des Terres noires et différents acteurs s’unissent pour y contribuer financièrement, soit Hydro-Québec, Environnement Canada, la Fondation Écho, l’UQÀM et la Fondation de la Faune du Québec.

Boisé des Terres noires à L'Assomption

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Des travaux sont en cours, afin de réhabiliter le milieu naturel.

Les travaux 

En parallèle, l’UQÀM effectue de la recherche sur le même site et Exo (anciennement AMT) poursuit des travaux. De son côté, la Fiducie a entamé des projets pour la phase 2, où l’on retrouve un grand étang. La phase 3 commence grâce à la subvention de la MRC de L’Assomption. Établi sur deux ans, on s’occupe d’installer une membrane et l’an prochain, ce sera la plantation.

D’autres phases se continueront, afin de poursuivre le projet. À long terme, trois volets sont convoités; restaurer le milieu d’origine, se pencher sur l’acquisition de connaissances et se consacrer à l’aspect éducatif.

Pour le moment, il est un peu tôt pour s’avancer et mesurer les bénéfices quant à l’implantation de nouvelles espèces. On s’attend cependant à voir une plus grande diversité d’oiseaux pour la prochaine décennie.

Enfin, Réjean Dumas partage l’apport de la communauté à travers ce projet. Cette dernière a la chance de découvrir un nouveau milieu. «C’est devenu un milieu naturel que les gens apprennent à apprécier et qui est accessible », commente-t-il.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média