Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

06 août 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Le bilan s'alourdit pour les noyades au Québec

Prévention et sécurité

Sécurité et prévention

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Depuis le début de la saison estivale, on comptabilise 44 décès liés à la noyade au Québec.

PRÉVENTION. Avec l’arrivée de la belle température, les canicules et l’humidité, la population se tourne vers les activités nautiques. Se baigner, profiter des plaisirs de l’eau, c’est agréable, mais on rappelle les consignes de sécurité. Au moment d’écrire ces lignes, on comptabilise 44 personnes décédées au Québec en raison de la noyade. Voici quelques règles à appliquer, afin de prévenir les incidents associés à l’eau.

On rappelle à tous les baigneurs, sauveteurs et gestionnaires aquatiques qu’il est possible de profiter des piscines et des plans d’eau pour se rafraîchir. Toutefois, on doit mettre l’accent sur les comportements sécuritaires à prioriser et ne pas oublier les principes de sécurité et cibler les risques. Pour se faire, la Société de sauvetage continue à sensibiliser la population en favorisant les interactions sécuritaires pour éviter les noyades, puis les traumatismes. Son rôle est d’informer, de joindre l’utile à l’agréable, tout en poursuivant leur mission d’éducative auprès du public.

Plus de noyades 

La Société de sauvetage comptabilise pour cette année 44 noyades au Québec, comparativement à 37 à pareille date. Au moment d'écrire ces lignes, de ce nombre, quatre sont survenues dans Lanaudière, dont deux motoneigistes cet hiver, la mort d’une jeune fille de 14 ans à Saint-Côme et une femme est décédée du côté de Sainte-Julienne.

Si le beau temps a tardé avant de s’implanter, le directeur général de la Société de sauvetage, Raynald Hawkins fait le point à l’approche de la Semaine de prévention de la noyade. « Le dépit d’eau dans les rivières avec la neige que nous avons eue cet hiver et le printemps pluvieux, tout ça combiné fait en sorte que ce dernier est plus élevé dans les rivières. Qui dit dépit d’eau plus élevé nécessairement, on va parler de courant plus fort », témoigne Raynald Hawkins.

Selon ce dernier, il faut faire attention. Le courant et le dépit d’une rivière ne sont pas nécessairement les mêmes que ceux des années précédentes. Un autre facteur lié à la hausse des noyades est attribuable aux sports nautiques. Sur les 44, 11 d’entre elles sont liées aux sports nautiques. « 8 fois sur dix, les gens ne portaient pas ou ne portaient pas correctement leur veste de flottaison », détaille M. Hawkins.

Règlementation plus stricte 

Interpellée par la situation, la Société de sauvetage requiert comme plusieurs coroners, l’Industrie du nautisme, l’obligation du port de la veste de flottaison lors des activités nautiques. La règlementation fédérale stipule qu’il doit y avoir le nombre de dispositifs selon les personnes à bord, mais aucune obligation ne fait référence au fait de la porter en tout temps.

« Notre prétention est que lorsque nous sommes à bord d’une petite embarcation chavirable, ça devrait être obligatoire. Ça ne devrait plus être le choix du conducteur, mais bien l’obligation de la porter en tout temps », ajoutet-il à l’égard des canots, kayak, motomarines, chaloupes, etc. « Cette année, 8 personnes sur 11 ne portaient pas leur veste de flottaison. Si les 8 avaient porté leur veste de flottaison, on ne parlerait pas de 44, mais on parlerait de 36 noyades », détaille-t-il.

Prévention et sécurité

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Les jeunes enfants peuvent se noyer rapidement. Il est conseillé de déterminer une personne responsable lors d’évènements, de fêtes ou de rencontres familiales.

Conseils à suivre 

Autant dans les piscines résidentielles, les plans d’eau, les rivières, il est important de s’arrêter sur des conseils judicieux. Lorsque des jeunes enfants se baignent, les personnes responsables doivent rester près d’eux en tout temps.

Comme le souligne le directeur général de la Société de sauvetage, il faut encadrer les jeunes enfants et leur offrir un accompagnement. Il doit toujours y avoir un préposé ou une personne apte à surveiller ceux qui se baignent. Qu’on soit au chalet, à la piscine résidentielle, dans une rivière, la surveillance est un facteur déterminant.

« On le fait bien pour les conducteurs désignés quand il y a des partys, il faut faire la même chose lorsqu’on est proche d’un lieu d’eau », explique Raynald Hawkins. Soulignons aussi que si un enfant ne sait pas nager, il est nécessaire de l’accompagner, de rester près de lui et de le surveiller. Chez les adultes, 4 fois sur 10, il y avait présence d’alcool dans le sang des victimes.

La Société de sauvetage croit que l’alcool et l’eau ne font pas bon mélange. Il est préférable de s’assurer que l’activité de baignable soit terminée pour consommer de l’alcool. Il est aussi conseillé de ne pas se baigner seul et d’avoir quelqu’un pour surveiller.

Hausser la sécurité

On conseille de rester près des enfants et de les surveiller. Même s’ils portent des sièges flottants, des flotteurs ou des brassards, ces dispositifs ne sont pas conçus pour sauver des vies. On peut également inscrire ses enfants à un programme de sécurité nautique, à des cours de natation et les adultes sont invités à suivre un cours de secourisme pour maîtriser les bases.

Il ne faut pas oublier de toujours porter un gilet de sauvetage ou un dispositif de flottaison individuel approuvé aux nageurs inexpérimentés et aux enfants. On indique de ranger tous jouets pour éviter qu’un enfant soit attiré après la baignade à se diriger vers l’eau sans surveillance.

L’idée d’avoir une trousse de premiers soins proche de la piscine résidentielle est un plus et de se munir d’équipement tel qu’une bouée de sauvetage munie d’une corde est pratique. Également, on doit s’informer des règlements municipaux pour l’installation d’une clôture autour de la piscine.

Pour une treizième année consécutive, la Brigade Splash sillonnera le Québec en partenariat avec la Régie du bâtiment du Québec (RBQ), Aquam, Éduc’alcool et SN Hawaï, afin de promouvoir les comportements sécuritaires à adopter aux abords des installations nautiques. Pour plus de détails, on consulte le site web de la Société de sauvetage.

Quelques données sur la noyade 

On comptabilise chaque année qu’environ 500 Canadiens, dont près de 80 Québécois se noient lors d’incidents reliés à l’eau. Présents partout au Québec, les ambassadeurs de la Semaine de prévention de la noyade (SNPN) offriront plusieurs activités liées à la thématique « La noyade est évitable, prévenons-la. »

Soulignons que la noyade constitue le 3ème rang des causes de décès non intentionnels chez les Canadiens de 60 ans et moins. Une dizaine de camps de jour, des centres aquatiques et des intervenants communautaires proposeront des activités en lien avec la thématique centrale.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média