Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

08 août 2019

Renée-Claude Doucet - rcdoucet@lexismedia.ca

Un été chargé pour Marianne Mathieu

Participante de La Voix

Marianne Mathieu

©Photo gracieuseté – OSA IMAGES ET TVA

Depuis son passage à La Voix, Marianne Mathieu songe à écrire ses propres chansons.

CHANSON. Avant même de savoir lire, Marianne Mathieu chantait des comptines que sa mère lui avait écrites dans son petit cahier. En même temps, « s’est imposé » le piano, se souvient-elle. Aujourd’hui, la femme de Repentigny vit de son art et depuis sa participation à l’émission La Voix, elle multiplie les apparitions sur scène.

En plus de partager les planches avec plusieurs chanteurs et musiciens un peu partout dans la province, Marianne a eu la chance de célébrer la fête nationale à Québec en juin dernier. Elle était du grand spectacle sur les plaines d’Abraham.

 

Récemment, elle rejoignait également ses collègues de La Voix à l’occasion du lancement de « La Voix Expérience ». Marianne agira à titre de chanteuse substitut pour cette importante série de concerts. Elle sera donc appelée à remplacer les chanteuses qui seront absentes. Déjà, elle sait qu’elle prendra part à six représentations. La tournée débutera le 14 août, au Théâtre Capitole de Québec, pour ensuite être présentée à Montréal, au Théâtre Saint-Denis, du 4 au 8 septembre. 

 

De plus, la chanteuse continue de se produire avec ses groupes Radio M et Jungle Boogie Band. Elle entretient aussi un lien avec le Cabaret du Casino de Montréal, avec lequel elle présente différentes revues musicales. À l’automne, on l’entendra avec Richard Petit, alors qu’ils reprendront les meilleurs titres de Pink Floyd.

 

Il est toujours possible d’entendre Marianne sur l’album de La Voix, dans son interprétation de « Ain’t no mountain high enough ». C’est d’ailleurs cette chanson qui avait ébloui les quatre juges lors des auditions à l’aveugle.

 

La participante avait alors choisi de poursuivre l’aventure avec Lara Fabian, de qui elle a appris l’importance de rester soi-même en tant qu’artiste. « Tous les professionnels s’entendent pour le dire, il faut présenter sa propre couleur. L’idée est d’être le plus vrai possible pour être unique. Patrick Bruel nous a d’ailleurs partager qu’il faut que l’envie de la musique nous réveille la nuit. Ça prend cette obsession-là pour que ça marche », image la chanteuse.   

 

Depuis sa participation à La Voix, Marianne affirme qu’elle se fait aborder davantage par le public, de même que par des producteurs. « Lorsqu’on apparait à la télévision, les gens pensent à nous davantage pour différents contrats. »

 

Une enfance tout en musique

 

Ce n’est pas d’hier que la femme de 37 ans éblouie grâce à sa musique. À l’âge de trois ans, elle pianotait déjà aux côtés de sa mère alors que celle-ci donnait des cours de piano.

 

Une fois rendue au secondaire, avec « ses idées de changement », l’adolescente découvre la flûte traversière lors de son passage à l’école secondaire Paul-Arseneau de L’Assomption. Marianne découvrira quelques années plus tard le chant à l’école secondaire Jean-Baptiste-Meilleur (JBM).

 

Depuis, la chanteuse n’a jamais cessé de se produire sur scène. Elle a eu le plaisir de travailler aux côtés de Lulu Hugues, Karim Ouellet, Marie-Élaine Thibert, Misstress Barbara, Renée Wilkin et bien d’autres.

 

Mais c’est véritablement auprès de Dan Bigras que Marianne Mathieu a le plus cheminé. « Ce n’est pas ma choriste, c’est ma chum, mon amie, j’ai beaucoup de tendresse pour elle », a partagé l’instigateur du show du Refuge.

 

Après avoir longuement chanté en arrière-plan à titre de choriste, Marianne se sent maintenant prête à faire entendre davantage sa voix. Sa participation à la populaire émission lui a d’ailleurs permis de gagner confiance en son talent.  Elle a ainsi pu se présenter dans toute son authenticité. Son plus grand défi est à présent de s’assumer dans toute sa splendeur.

 

« Parce que j’ai été dans l’ombre et je veux défaire ça. Je dois accepter que c’est correct d’être en avant et de prendre ma place. C’est le temps! », commente celle qui rêve de faire entendre sa voix outre-mer.

 

Avec la collaboration d’Olivia Nguonly.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média