Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

15 août 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Deux Repentignois ont les yeux rivés au ciel

Membres du jury de L’International des Feux Loto-Québec

L'International des Feux Loto-Québec

©Photo gracieuseté - Martine Landry Lemay - Hebdo Rive Nord

Martine Landreville et Philippe Payette ont réalisé un rêve en étant membres du jury pour la compétition de L’International des feux Loto-Québec.

Considérée comme étant la plus grande compétition pyrotechnique au monde, L’International des Feux Loto-Québec présentée par La Ronde attire chaque année des spectateurs d’un peu partout. Deux Repentignois passionnés des feux d’artifice ont réussi à se tailler une place parmi les membres du jury. 

Chaque année, un jury est composé de 19 membres provenant de différentes régions. Les résidents de Repentigny, Martine Landreville et Philippe Payette ont eu la chance de faire partie du jury pour évaluer les prestations. «C’est un art de faire danser des lumières sur de la musique pour le plaisir de nos yeux et de nos oreilles. Ça garde notre cœur jeune », décrit la Repentignoise.

Philippe Payette souhaitait depuis un moment faire partie du jury. Il se réjouit de sa participation à la 35e  édition de l’événement haut en couleur. « J’ai toujours aimé l’art pyrotechnie et aujourd’hui, le fait de me retrouver juge de la compétition la plus prestigieuse au monde, c’est tout un honneur », fait-il part.

La sélection

Pour arriver à être sélectionnés parmi les membres du jury, les passionnés des feux d’artifice doivent envoyer une lettre de motivation de façon anonyme. Parmi près de 500  candidatures, on en passe soixante en entrevue pour finalement en retenir 19.

Nul besoin de posséder une expérience solide, il suffit d’avoir la flamme et un intérêt pour le domaine. « On veut aller chercher l’œil du public, que ça soit pour les gens qui regardent du pont Jacques-Cartier ou de l’Île de Montréal », partage M. Payette, qui possède ses compétences d’artificier.

Avant de se lancer dans l’aventure, tous les membres du jury reçoivent une formation. Avant chaque feu d’artifice, ils se rencontrent trois à quatre heures avant le spectacle pour faire une mise au point. C’est le moment pour chacun de rentrer dans sa bulle et se concentrer à ce qui s’en vient. « Il y a de la pression. Plus les minutes avancent vers 22  h, plus l’excitation augmente», partage le participant.

L'International des Feux Loto-Québec

©Photo gracieuseté - Hebdo Rive Nord

L’événement haut en couleur célébrait sa 35e édition cette année.

La tradition se poursuit 

Cette année, plusieurs pays ont pris part à la compétition, tels que la Corée du Sud, l’Italie, le Portugal, les États-Unis, le Canada et l’Australie. L’événement a débuté avec un spectacle pyromusical ramenant le public en 1985 et pour clore la saison, on a célébré le 25e anniversaire du Casino de Montréal où l’on a pu entendre une sélection des meilleures chansons francophones du Québec des 25 dernières années, en plus d’une prestation spéciale de Gregory Charles.

Pour évaluer et attribuer une note liée à la réalisation d’un feu d’artifice, le jury porte attention à la bande sonore, la synchronisation, la conception technique, la conception prémusicale ainsi que le choix des pièces pyrotechniques.

«C’est toujours magique, parce qu’il y a des gens qui imaginent ces feux depuis presqu’un an et mettent toute leur énergie, leur passion et leur savoir-faire pour essayer de nous impressionner », précise M. Payette.

Martine Landreville abonde dans le même sens. Celle qui se rappelle avoir été profondément touchée par les feux de 1985 continue de se laisser éblouir en compagnie de son fils, qui a travaillé à La Ronde plusieurs années. « Nous avons toujours la passion des feux mon gars et moi », partage-t-elle.

Par ailleurs, son fils a également été juge l’année dernière. « Mon fils m’en parlait, mais le vivre c’est différent. » Maintenant, Martine Landreville et Philippe Payette ne peuvent plus voir les feux d’artifice de la même façon. Tous deux se disent privilégiés d’avoir réalisé un rêve.

Jury

Comme particularité, neuf anciens membres du jury ont été sélectionnés pour un soir. Ils sont présents et agissent comme membre honoraire. C’est l’occasion de partager le vécu entre les différents membres et faire connaître leur perception sur l’évènement. Déjà après s’être côtoyé quelques fois, une chimie s’est créée entre les membres du jury.

« On est sur l’adrénaline tout le long. On sait que c’est nous qui avons le pouvoir de faire échouer ou gagner un pays », soutient le participant. C’est grâce à la moyenne du jury qu’il est possible d’attribuer une note à un pays. Il est également possible pour une personne du jury de revivre cette aventure après quatre ans. On ne peut plonger plus que deux fois dans ce cheminement. À l’avis de Mme Landreville, il faut être capable d’avoir la passion et d’être impartial. 

Regard différent 

Pour Martine Landreville et Philippe Payette, il leur est maintenant impossible de voir les feux d’artifice de la même façon. Pour Philippe, c’est à l’âge de 18 ans que le déclic s’est fait en raison de sa formation pour devenir artificier.

« Je n’ai pu le même plaisir de regarder un feu d’artifice pour le fun », déclare-t-il. Pour Martine, c’est aussi ce regard nouveau qui change sa perception. « C’est très différent que d’aller voir les feux. On ne les regarde pas de la même façon », affirme-t-elle.

Un rendez-vous depuis 35 ans 

Depuis maintenant 35 ans, les Montréalais et visiteurs ont le privilège d’assister à des spectacles sons et lumières. La Ronde est l’hôte de cette compétition prestigieuse. On fait souvent référence à cette dernière comme les Jeux olympiques des feux d’artifice. Depuis 1985, L’International des Feux Loto-Québec est devenu un des joyaux de Montréal. La compétition attire plus de trois millions de spectateurs.

Jusqu’à présent, on comptabilise 29 pays qui ont participé à l’événement, 99 firmes et 305 spectacles suscitant des réactions. Cette année, la Corée du Sud, l’Italie, le Portugal, les États-Unis, le Canada et l’Australie ont participé à la compétition, afin de remporter le Jupiter d’Or, la récompense la plus prestigieuse de l’industrie. Les feux se terminaient le 27 juillet avec la célébration du 25e  anniversaire du Casino de Montréal.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média