Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

22 août 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Monique Pauzé récidive sur l’importance d’une commission d’enquête publique

Sécurité ferroviaire

Monique Pauzé

©Photo gracieuseté - Hebdo Rive Nord

Déjà abordé en juin dernier, la députée fédérale de Repentigny, Monique Pauzé exige une commission d’enquête publique sur les lacunes de la sécurité ferroviaire, puis interpelle le ministre des Transports, Marc Garneau sur une intervention immédiate.

SÉCURITÉ. La députée fédérale de Repentigny, Monique Pauzé interpelle le ministre des Transports, Marc Garneau. L’entreprise accusée de la tragédie de Mégantic est de nouveau blâmée par Transports Canada pour l’état de ses rails. Elle exige qu’une commission d’enquête publique soit réalisée sur les graves lacunes de la sécurité ferroviaire.

Monique Pauzé dénonce la situation et demande à M. Garneau de régir dans ce dossier et d’aviser la Central Maine & Quebec Railway d’emboîter le pas. À ses yeux, il faut mettre une fin à la déresponsabilisation du gouvernement fédéral dans la réglementation de la sécurité ferroviaire, puisque le nombre de rails défectueux a doublé. « Transports Canada dénonce, mais continue de laisser les entreprises s’autoréglementer et s’autosurveiller même lorsqu’elles sont des récidivistes de la négligence », soutient-elle.

L’entreprise Central Maine & Quebec Railway a reçu en mai dernier un avis assorti d’un ordre de Transports Canada. Le nombre de rails défectueux a plus que doublé depuis 2015, passant de 115 à 253 l’an dernier entre Farnham et Lac-Mégantic. Jusqu’à présent, Transports Canada demande à l’entreprise d’effectuer plus d’inspections au niveau des rails, et ce, jusqu’au jour où le nombre ait diminué de façon considérable.

Du point de vue de Mme Pauzé, depuis la tragédie de Mégantic, la problématique ne s’est pas améliorée. Elle est d’avis que les entreprises ne doivent pas décider des règles et ne peuvent continuer à s’inspecter elles-mêmes. «  C’est de la sécurité des citoyens et de nos municipalités dont il s’agit et la situation s’est constamment empirée depuis Mégantic », déclare-t-elle.

On se rappelle qu’en juin dernier, Monique Pauzé avait dénoncé les lacunes de la sécurité ferroviaire et exigeait la tenue d’une commission d’enquête publique sur la tragédie. Elle avait réuni plusieurs représentants du NPD, du Parti vert du Canada, des organismes engagés pour la sécurité ferroviaire, etc. Cette façon de procéder avec les intervenants aurait été mal reçue par Marc Garneau.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média