Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

18 septembre 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Boucar Diouf en tournage à L’Assomption

Le maïs de récoltes Hervieux en vedette

Tournage Boucar Diouf

©Photo Caroline Babin - Hebdo Rive Nord

La famille Hervieux s’est réjouie du passage de l’équipe de production KOTV. On retrouve les deux fils Alex et Tommy, au centre, Boucar Diouf, Chantal Gagnon et la mère de Mario Hervieux

RÉCOLTES. L’entreprise familiale Récoltes Hervieux a vécu des moments privilégiés tout récemment. Elle a accueilli l’équipe de production de KOTV avec Boucar Diouf, qui se retrouve à la barre d’une nouvelle émission portant sur l’alimentation.

Récoltes Hervieux

©Photo Caroline Babin - Hebdo Rive Nord

Une partie du tournage de l'émission s'est déroulée au kiosque des Récoltes Hervieux.

Pendant les deux journées de tournage, c’est le maïs qui était en avant-plan. Son histoire, son utilité, sa production et tout le travail réalisé avant qu’il se retrouve dans les kiosques sont scrutés dans ce reportage. Très fière de voir son entreprise sélectionnée pour faire partie de l’émission, la propriétaire de Récoltes Hervieux, Chantal Gagnon est reconnaissante de cette opportunité. «C’est un beau clin d’œil à notre entreprise. Nous sommes très heureux. C’est une entreprise familiale, on y travaille tous ensemble», confie-t-elle.

Si le fruit du hasard a permis à l’équipe de débarquer sur ces terres assomptionnistes, elle estime avoir trouvé ce qu’elle cherchait. Elle a ainsi pu en apprendre sur l’histoire du maïs, le concept central de l’émission qui sera diffusée en janvier 2020.

L’équipe a visité les terres, tout en laissant la parole à des intervenants, des agriculteurs et des scientifiques qui s’expriment sur le sujet. Boucar Diouf, bien connu comme humoriste, conférencier et animateur, en a profité pour établir des parallèles avec son pays d’origine, le Sénégal, et la réalité d’ici.

Tournage

©Photo Caroline Babin - Hebdo Rive Nord

Boucar Diouf est allé à la rencontre du public grâce à vox pop au kiosque des Récoltes Hervieux.

On a également abordé l’origine des jeux de poche qui ont été conçus à partir du maïs. La famille Hervieux et la production ont fait une épluchette de blé d’Inde et un cuisiner était sur place. Ce dernier a créé différentes recettes à partir du maïs. Ça s’est avéré l’occasion pour la famille et quelques proches de se réunir autour d’une table et savourer les blés d’Inde, un beau moment pour tous.

Une occasion en or

De bouche à oreille, Chantal Gagnon se remémore que c’est grâce à une employée travaillant pour KOTV résidente de L’Assomption que le déclic s’est fait. À ce moment, on est à la recherche d’une entreprise producteur de maïs. L’équipe tâte le terrain et fait la rencontre de Mario Hervieux, un agriculteur passionné. Ayant baigné depuis son jeune âge dans la production de maïs, l’entreprise est dans la mire de la production.

Lors des deux journées de tournage, on s’est intéressé à la cueillette du maïs, au processus et aux diverses démarches de production. D’une durée d’une heure d’émission, l’équipe a filmé et a utilisé des drones pour capter des images dans les champs.

« On est privilégié que ça tombe chez nous. Ça s’est avéré fort intéressant de partager tout cela avec lui », détaille la propriétaire Chantal Gagnon. Composée de près d’une douzaine de membres de l’équipe, on retrouvait les recherchistes, intervenants et caméramans. C’est la première fois que les entrepreneurs ouvrent leur porte à une production d’une telle envergure.

Tournage Boucar Diouf

©Photo Caroline Babin - Hebdo Rive Nord

L’équipe tourne une portion de l’émission avec la propriétaire Chantal Gagnon.

De leur côté, ses deux fils, Alex et Tommy Hervieux ont participé l’an passé à l’émission L’indice McSween avec Pierre-Yves McSween leur permettant de parler de la relève agricole. Du point de vue de la propriétaire, il s’agissait d’un beau clin d’œil pour les Récoltes Hervieux et leur père qui a investi depuis 40 ans une grande partie de son temps dans la production de maïs sucré.

Les conditions de travail sont exigeantes, on ne veut manquer de rien, tout en ayant la meilleure qualité possible. Les changements de température n’ont pas aidé le travail des agriculteurs, particulièrement au printemps dernier avec le froid.

Tournage

©Photo Caroline Babin - Hebdo Rive Nord

L’animateur Boucar Diouf partage ses impressions et ses apprentissages concernant sa nouvelle émission.

L'engouement 

Passionné également par tout le travail fait dans les champs, Boucar Diouf a remarqué rapidement l’intérêt de la population pour les Récoltes Hervieux. Dès son arrivée au kiosque à L’Assomption situé sur la route 343, l’animateur a observé le lien de proximité entre les entrepreneurs et la clientèle.

Ayant déjà mis les pieds à L’Assomption, Boucar Diouf est heureux d’avoir fait la rencontre de la famille Hervieux. « Je connais l’agriculture. J’ai grandi sur une ferme. Travailler avec des environnements comme ça, je suis habitué. Ça me fait retourner dans mon enfance », commente l’animateur.

Par ailleurs, Boucar Diouf se dit touché de voir les immigrants mexicains travailler ici et de pouvoir raconter toute cette histoire. « Il faut partager aux gens que ce n’est pas banal de cultiver un blé d’Inde », ajoute-t-il.

Impressions 

Chôyé de son passage aux Récoltes Hervieux, M. Diouf est impressionné par l’esprit de famille et les trois générations qui se sont succédé. Le projet télévisuel présentera trois autres reportages, dont l’un, sur la tomate, les arachides et les poivrons, puis les piments.

« Le message central c’est de raconter l’histoire du maïs à des gens qui le consomment et de savoir d’où ça vient », partage le passionné. Derrière un travail de milliers d’années à pouvoir cultiver du maïs sucré, le public pourra prendre conscience de tous les efforts investis. « Ça part des Aztèques et des Mayas, ils vont voir les Mexicains qui cueillent le maïs et la famille Hervieux. Le maïs est au centre de notre vie », rappelle-t-il.

Au cours de sa visite, Boucar Diouf s’est adressé à la clientèle par le biais d’un vox pop. Ce dernier a questionné cette dernière sur l’histoire et l’origine du pâté chinois. « On aborde le maïs sous différent angle. On explique même aux jeunes pourquoi le maïs à popcorn explose et que les autres n’explosent pas », fait-il part.

Commentaires

19 septembre 2019

Yvon Larose

Moi je suis un fan depuis une trentaine année j ai vécu a l assomption 1970 a 2013 et je vais faire mon marcher encore je demeure a Montréal dans une résidence assez souvent

20 septembre 2019

Louise Lachance

J'ai été élevée à L'Assomption et je me souviens qu'avant on allait directement sur la ferme chercher les légumes frais et le blé d'inde. Je vis maintenant à St-Hyacinthe et je ne manque pas une occasion d'aller chercher du blé d'inde aux jardins Hervieux. Je suis toujours contente de voir Mme Coderre encore passionnée par les produits cultivés par ses fils et qui, à un âge vénérable, travaille encore au kiosque. Bravo Chantal et toute la gang!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média