Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

30 septembre 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Les jeunes prêts à faire entendre leurs convictions

Ils dénoncent les changements climatiques

Environnement

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Les étudiants du Comité environnement et droits de l’homme (CEDH) et des enseignants ont organisé plusieurs activités de sensibilisation en avant-midi le 27 septembre.

Afin de prendre part à la grande marche organisée le 27 septembre dernier, la direction des Cégeps de Lanaudière a levé les cours. Résultat, plus de 60 étudiants se sont rejoints au Café coopératif Desjardins au Cégep de L’Assomption pour discuter d’environnement et préparer des pancartes avant d’emprunter les moyens de transport collectif pour se rendre à Montréal pour participer à la manifestation historique.

Toute une ambiance de solidarité, de sensibilisation et de coopération se faisait sentir vendredi dernier. Initié par le Comité environnement et droits de l’homme (CEDH), plusieurs activités se déroulaient en même temps. Musique, animation et kiosques d’information sur les écosystèmes et les espèces envahissantes de la rivière L’Assomption étaient au programme.

Plusieurs jeunes étudiants participent au projet NovaScience qui leur permet de créer des outils de communication pour sensibiliser la population à l’écosystème et à la rivière L’Assomption. Cette idée est mise de l’avant en partenariat avec la Ville de L’Assomption. Se déroulant sur un an, ce projet amène les étudiants de biologie et du programme Arts, lettres et communication à unir leur force pour développer des outils et diffuser l’information en faveur de l’environnement.

Par ailleurs, le CEDH composé de vingt jeunes et trois enseignants travaillent à poser des actions en faveur de l’environnement. Pour montrer leur support en faveur à la cause, les étudiants portaient des accessoires verts, étaient maquillés et créaient des messages via des pancartes avec des matériaux recyclés.

« Déjà en se rendant ici au Cégep, les étudiants ont pris part au mouvement de manifestation », a mentionné l’enseignante en Arts, lettres et communication, Josée Baril. En plus des étudiants, plusieurs professeurs se sont joints au mouvement collectif.

« Je suis contente que les étudiants soient là à la marche, car ça risque d’être historique. Il faut qu’ils participent à ça et qu’ils le vivent », précise-t-elle. 

Environnement

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Des étudiants tenaient des kiosques et travaillaient sur le projet NovaScience qui permet de sensibiliser via des outils de diffusion la population à la rivière de L’Assomption, aux berges et aux espèces envahissantes.

Changements 

Comme l’ajoute Mme Baril, un dollar est utilisé sur les frais scolaires des étudiants pour des gestes environnementaux. Il y a quelques années, le Cégep de L’Assomption a arrêté de vendre des bouteilles d’eau et a installé des fontaines filtrées. Des trieuses de déchets ont été mises en place, une aile fonctionne à l’aide de géothermie et d’ici cinq, on compte enlever complètement le papier brun dans les toilettes de l’établissement.

« On veut utiliser que les séchoirs à air. Il y a une utilisation traumatisante du papier », fait-elle part. De petits gestes s’enchaînent et on compte remplacer les sacs de poubelle par ceux qui sont compostables.  

À l’avis de l’étudiante et membre du CEDH, Méganne Charest, plusieurs jeunes souhaitent avoir une cafétéria verte et prioriser l’utilisation de la vaisselle lavable. L’idée serait aussi de mieux identifier les poubelles, la récupération et le compost.

Environnement

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Les jeunes du Cégep à L’Assomption s’apprêtaient à aller marcher à Montréal.

« On travaille vraiment fort. On veut un cégep vert. On veut améliorer ce qui est déjà en place », avance-t-elle.

Effet de gang

Pour Jessica Pauzé et Félix Trottier, étudiants et membres du comité, l’avant-midi organisé au Cégep a permis de créer des liens et échanger avec d’autres. « On espère en faisant ce geste-là que les revendications du gouvernement puissent passer », estime Jessica.

Aux yeux de Félix, le fait d’aller marcher va au-delà d’un simple geste. C’est avant tout d’être porteur de changement permanent et d’être des porte-voix. Les deux membres du CEDH sont fiers de rejoindre le mouvement et surtout de participer à une marche historique. Ils veulent faire entendre leur message. Les premiers changements seraient à leur avis d’éliminer le plastique à usage unique.

Du point de vue de Félix, le gouvernement n’en a pas fait assez pour contrer les changements climatiques. « Tout le monde doit faire des sacrifices pour arriver à faire sa part », soutient-il. Plusieurs députés et les partis politiques se sont engagés à marcher.

«  Je m’entends à ce qu’ils respectent nos convictions, sinon il y a un non-sens de venir manifester avec nous », exprime-t-elle. À quelques semaines des élections fédérales, Jessica et Félix espèrent que le parti au pouvoir sera agir en conséquence.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média