Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections fédérales 2019

Retour

03 octobre 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Le Bloc Québécois dit non aux subventions des énergies fossiles

L'urgence d'agir

Bloc Québécois

©Photo gracieuseté - Hebdo Rive Nord

Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet et la députée sortante dans la circonscription de Repentigny, Monique Pauzé soutiennent le fait d’accorder des subventions aux énergies renouvelables.

Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet et la députée sortante dans la circonscription de Repentigny, Monique Pauzé déclarent qu’Ottawa doit mettre fin aux subventions pour les énergies fossiles. Il est temps à leur avis de prendre un virage vert tel que promis en 2009.

Dans le dernier mandat, Ottawa a allongé 19 milliards $ pour de nouveaux investissements dans les énergies fossiles. Si Stephen Harper et Justin Trudeau avaient avancé de mettre un terme pour les subventions aux énergies fossiles, la situation est toute autre « Le Bloc agira dans les 100 premiers jours au Parlement pour les empêcher de se défiler », a soutenu Yves-François Blanchet.

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper s’était engagé lors du sommet du G20 à éliminer progressivement ces subventions. Le discours était le même pour le Parti libéral de Justin Trudeau en 2015 exprimant vouloir supprimer graduellement les subventions accordées à la production de combustibles fossiles.  

Pourtant, le constat est tout autre. La commissaire à l’environnement et au développement durable, Julie Gelfand pointait du doigt le ministère des Finances et de l’Environnement de ne pas avoir entamé les démarches nécessaires pour arriver à respecter cet engagement.

Le Bloc a également observé cette même réalité. Le parti a recensé 18,6 milliards $ en nouveaux investissements dans les énergies fossiles avec 4,7 G$ pour l’achat de Trans Mountain, 9,7 G$ pour son agrandissement, 2,7 G$ pour favoriser l’agrandissement dans les secteurs pétrolier et gazier et 1,7 G$ en ligne de crédit aux producteurs pétroliers. La production de pétrole issu des sables bitumineux a aussi augmenté de plus de 20% depuis l’élection de Justin Trudeau. Elle a passé de 2,4 à 2,9 millions de barils par jour.

À cet égard, Monique Pauzé rappelle que cet argent pourrait servir dans des énergies propres et que le virage est nécessaire au Québec. « Le Québec a tout ce qu’il faut pour devenir une Silicon Valley des technologies environnementales, de l’électrification des transports et de la recherche. Parce qu’on est en 2019, fini, les subventions aux énergies fossiles !», a-t-elle déclaré.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média