Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

10 octobre 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Une journée rassembleuse en hommage aux aînés

L’AQDR célèbre

AQDR

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Les responsables de l’AQDR, les convives et les élus ont célébré la Journée internationale des aînés le 1er octobre au Centre à Nous.

Le bonheur s’est répandu dans le local de l’Association québécoise de défense des droits des personnes (AQDR) permettant à plusieurs de pouvoir échanger. On célébrait la Journée internationale des aînés le 1er octobre sous le thème « Les chemins de la vie », mais on en profitait avant tout pour discuter des tranches de vie, raconter des histoires et rappeler la mission de l’organisme.

La présidente de ce dernier, Huguette Plouffe, s’est adressée aux aînés et a souligné l’occasion en partageant les objectifs de l’AQDR. La journée, devenue mondiale en 1991, consiste à reconnaitre la contribution des aînés, leur rôle et leur apport dans la société. La décision d’adopter une politique de la famille et des aînés depuis plus d’une décennie à Repentigny concorde avec cette vision.

« Que ça soit en offrant nos tarifs d’activités plus bas, en proposant des loisirs adaptés ou encore en facilitant l’accessibilité à nos installations, la municipalité tient à ce que chacun d’entre vous soit fier d’être Repentignois et souhaite rester chez nous», a mentionné la conseillère municipale, Josée Mailhot.

La députée fédérale de Repentigny, Monique Pauzé a rappelé l’importance et toute l’implication des aînés dans la communauté. Elle a souligné leur apport et les heures qu’ils consacrent bénévolement. C’est également tout le lien intergénérationnel qui unit les jeunes et les moins jeunes qui forgent la société. Tel que partagé par plusieurs lors de l’évènement, la Journée internationale des aînés met en lumière leur parcours, la marque qu’ils ont laissée et l’héritage légué.

Madelaine Fréchette

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

La centenaire Madelaine Fréchette est en forme et autonome. Elle a livré un beau témoignage sur son parcours de vie.

En pleine forme

Présente pour participer à l’évènement, la centenaire Madelaine Fréchette est encore en santé et active. Autonome et radieuse, cette dernière a délaissé sa demeure pour déménager dans un condo à Repentigny il y a quelques années. Ayant pris la décision d’arrêter de conduire, elle demeure positive.

Mme Fréchette a perdu son mari il y a un moment, mais elle ne retient que les bons souvenirs. Consciente que la vie évolue, elle rappelle de profiter de chaque moment.

« La mentalité d’aujourd’hui n’est pas la même. On se débrouillait avec ce qu’on avait. On était des écolos et on ne le savait même pas », fait-elle part. Malgré les conditions de vie pas toujours simples, elle estime que les gens étaient heureux.

Racontant son parcours, Madelaine Fréchette a travaillé comme infirmière. Avec son mari, ils ont eu trois garçons. Elle se remémore ses parents, sa sœur qui demeure à Québec et son époque.

La centenaire a aussi travaillé avec son mari comme secrétaire. Ce dernier était notaire. « Ce qui m’a aidé à vivre, c’est que j’aime rencontrer les gens et leur parler. On a tellement à apprendre de son voisin », en convient-elle.

Se comptant chanceuse, car son mari lui donnait de l’argent, elle ne gagnait concrètement aucun salaire.

Répondre aux demandes

De son côté, Huguette Plouffe a travaillé auparavant dans les syndicats et désirait prendre sa retraite. Passionnée par le communautaire, elle s’implique pleinement. Pouvant compter sur l’appui de sa collègue et intervenante en milieu, Nathalie Pelletier, elles reçoivent un grand nombre de demandes. À deux, elles s’occupent de faire des suivis de dossiers, dirigent les personnes vers les bonnes ressources.

L’organisme devient une première ligne et peut amener les personnes qui cognent à leur porte vers d’autres organismes ou services. « Ça peut partir du permis de conduire, aux arnaques des grands-parents, la fraude, etc. », précise la présidente.

Se penchant sur leur futur projet « Les éclaireurs », les responsables veulent offrir des formations un peu partout dans la communauté. Que ça soit au sein de commerces ou des spécialistes, l’idée est de former des sentinelles et créer un mouvement pour prendre soin des aînés. On peut porter attention à ce que ces derniers prennent leur médicament par exemple.

Comme l’explique la présidente de l’AQDR, l’organisme est tenu à bout de bras par peu de ressources financières. Pour l’année prochaine, Huguette Plouffe souhaite dans le cadre de la Journée internationale des aînés mettre sur pied un salon. On retrouverait des kiosques avec des renseignements portant sur les services.   

AQDR

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

La présidente de l’AQDR, Huguette Plouffe travaille fort à répondre aux demandes de ceux qui ont besoin d’aide dans la communauté.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média