Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections fédérales 2019

Retour

18 octobre 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Monique Pauzé s’engage à faire respecter la langue française dans les milieux de travail

Opposition à la Chambre des communes

Monique Pauzé

©Photo gracieuseté - Hebdo Rive Nord

Monique Pauzé récidive de nouveau en s’engageant à déposer un projet de loi pour protéger la langue française.

La députée sortante du Bloc Québécois dans Repentigny, Monique Pauzé s’est engagée à déposer à nouveau un projet de loi, afin d’appliquer la loi 101 aux entreprises sous compétence fédérale sur le territoire québécois.

Le parti vise à ce que tous les Québécois puissent travailler en français. Au cours de son dernier mandat, le Bloc a déposé le projet de loi C-420 ayant pour impact d’appliquer la loi 101 aux entreprises sous compétence fédérale. Résultat, les libéraux et les conservateurs ont voté contre. Le sujet demeure controversé à la Chambre des communes.

Selon Monique Pauzé, chaque fois que le Bloc a tenté de promouvoir et protéger la langue française, les autres partis réagissaient en parlant de honte. Elle détaille qu’il ne devrait pas avoir deux types de normes de travail au Québec où certaine fois la loi 101 s’applique, alors que dans d’autres cas non.

Il y a des domaines de compétence fédérale où la loi 101 ne s’applique pas comme les banques, les aéroports, etc. « Le Québec est mal servi par des élus siégeant au sein de partis pour qui ce qui distingue le Québec doit être amenuisé plutôt que célébré. Il est temps que nous nous redonnions une voix forte à Ottawa, une voix qui parle français parce que la langue française ne nous divise pas, elle nous unit! », précise-t-elle.

Faire plus pour la culture et les médias québécois

Annonçant une série de mesures avec sa formation politique pour aider le milieu culturel québécois, la députée sortante de Repentigny et porte-parole du parti, Monique Pauzé est d’avis qu’il faut en faire plus.

Pour réussir à en faire plus, Monique Pauzé estime qu’il faut mettre fin aux gérants du Web. Parmi les mesures proposées du Bloc Québécois, le parti veut déposer un projet de loi pour qu’Ottawa accorde une place importante à la culture québécoise, tout en consacrant une partie auprès des différentes plateformes en ligne. Mme Pauzé demande au gouvernement fédéral de faire la promotion de la culture québécoise.

« Comment voulez-vous demander à Spotify, de Suède, ou à Netflix, de Californie, d’accorder plus de place dans leurs algorithmes à une culture dont le gouvernement fédéral ne reconnaît même pas l’existence ?», affirme-t-elle.

Par ailleurs, le Bloc demandera la tenue d’états généraux sur l’avenir des médias. L’objectif est de trouver des solutions à long terme pour assurer une place pour la survie de la presse. Le parti souhaite voir une augmentation du budget du Conseil des arts jusqu’à 365 millions $ dès 2020.

En sens, le Bloc désire voir une croissance continue des investissements dans la distribution de la culture à travers le Fonds du Canada pour la présentation des arts (FCPA) et le Fonds de développement des communautés par le biais des arts du patrimoine (DCBAP). Ces budgets devront être indexés annuellement.

Aussi, le parti réclame que le Québec puisse créer son propre CRTC. La bloquiste veut revoir les règles de redevance de la Commission du droit d’auteur pour l’accès à la musique en ligne et veut abolir la taxe de vente fédérale sur les livres pour encourager l’achat local.

Tout au long de son mandat, Monique Pauzé s’est battue pour taxer et imposer les géants du web. Elle s’engage à être une alliée de taille à Ottawa pour faire valoir le milieu culturel québécois. « En ce qui me concerne, la promotion de notre culture, la survie de nos médias et un salaire juste pour nos créateurs et créatrices sont des enjeux qui méritent qu’on s’y attarde. Avec un Bloc Québécois renouvelé à Ottawa, nous allons faire des gains pour la culture québécoise », commente-t-elle.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média