Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

24 octobre 2019

Le corps féminin dans tous ses états

De la création de mode aux arts visuels

Josianne Gagnon

©Photo gracieuseté

Josianne Gagnon était de passage l’été dernier au Parcours des arts de L’Assomption et elle revient tout le mois d’octobre dans la même ville, cette fois à M Galerie, pour présenter sa série Corpus.

Lorsqu’elle dessinait des croquis de mode, Josianne Gagnon était loin de se douter qu’ils lui serviraient à se frayer un chemin jusque sur les murs des galeries d’art. L’artiste peintre expose sa série « Corpus » tout le mois d’octobre à M Galerie de L’Assomption.

Influencée par le styliste et couturier français Jean-Paul Gaultier ainsi que l’artiste internationale Corno, Josianne Gagnon a décroché un diplôme en design de mode avant de se lancer dans la conception de vêtements féminins. À l’époque, elle se souvient qu’elle ressentait un manque face à sa carrière.

« La mode ne me permettait pas d’exprimer ce que je voulais, soit la souffrance et le mal humain », confie-t-elle afin d’expliquer ce qui l’a guidée vers les arts visuels.

Des femmes guerrières

Aujourd’hui, celle qui signe sous le pseudonyme de JO insiste sur le fait que les corps de femme qui transpercent ses œuvres sont aussi irréels que les croquis de designers. C’est sans doute grâce à leurs proportions particulières que les femmes de Josianne Gagnon sont si énigmatiques.

« Ces femmes-là sont incomprises et seules. Elles vivent en quelque sorte un mal de l’être. Elles ne sont pas certaines de leur place dans la société », analyse l’artiste.

Pour Mme Gagnon, malgré toute la souffrance qui habite les personnages de ses toiles, ces derniers sont synonymes de force et de combativité. L’artiste se défend d’adopter une prise de position féministe au sens politique, mais revendique à coup sûr la notion d’égalité entre les femmes et les hommes.

@ST:Un clin d’œil à Corno

À travers la dizaine d’œuvres signée JO, qui tapisse les murs de M Galerie à L’Assomption, il est également possible de contempler des corps d’hommes.

« Il s’agit vraiment d’un hommage à Corno, une artiste dont je me suis grandement inspirée. C’est pourquoi on y retrouve l’inscription R.I.P sur la toile », signale Mme Gagnon.

Enfin, même lorsqu’elle replonge parfois dans ses premiers amours, soit ses croquis de mode, l’artiste revient inévitablement à ses corps de femme en souffrance et se remémore alors qu’ils parviennent toujours à traverser les tempêtes.

Josianne Gagnon expose tout le mois d’octobre à M Galerie de L’Assomption.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média