Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

29 octobre 2019

Pierre Chartier - pchartier@lexismedia.ca

L’univers du monde de la police démystifié

Un «cobra», une expérience unique

Police Jean-Francois Fortier

©Photo Hebdo Rive Nord Caroline Babin

L’agent Jean-François Fortier a procédé à plusieurs interceptions sur le boulevard de L’Assomption.

Le Service de police de Repentigny-Charlemagne a ouvert ses portes pour nous faire vivre une expérience unique en participant à un cobra, soit une patrouille de courtoisie, dans les secteurs avec un policier, le 16 octobre dernier. Une rencontre fort intéressante avec Jean-François Fortier, agent de soutien aux communautés culturelles, qui nous a servi de guide dans les dédales du monde policier.

Dans un premier temps, une visite générale du poste. La grande tournée a débuté par les bureaux administratifs, le secteur des enquêtes, le bureau de direction des lieutenants et sergents, le bureau des équipements et, finalement, le secteur des cellules. Lors du passage de l’Hebdo Rive Nord, aucun résident n’occupait cet espace, mais lors des soirs de grande occupation il peut y avoir certaines personnes dans ces locaux peu accueillants. La paperasse fait aussi partie prenante du travail policier. Il existe d’innombrables formulaires à remplir, soit pour garder un individu en cellule ou pour garantir les droits les plus fondamentaux aux individus.

Après cette visite complète, on se prépare pour la séance d’information avec l’équipe de la relève qui va surveiller la municipalité de Repentigny durant toute la soirée. Les patrouilleurs sont au nombre de douze et les secteurs sont déterminés avant la relève. Les équipes sont aussi formées lors de cette rencontre. Le lieutenant et le sergent donnent les dernières préoccupations aux policiers sur ce qui est arrivé lors des séances de travail précédentes. Il est aussi mentionné de surveiller certaines choses et le mouvement de certains individus qui préoccupe le Service de police sur le territoire.

Après cette rencontre, on passe à l’action. Les policiers prennent leur équipement et nous sommes partis pour une séance de travail. Tout d’abord, ce qui surprend en entrant dans la voiture c’est l’espace restreint que les policiers ont pour travailler. L’ordinateur donne aux policiers tous les renseignements nécessaires pour vaquer à leurs occupations. Mais, encore là, il n’y a pas de place pour l’improvisation.

Le premier appel ne s’est pas fait attendre. Après une dizaine de minutes à se promener dans les rues de la municipalité, une dame qui a été aperçue dans trois commerces de Repentigny dans la journée traine encore dans un commerce; cette dernière fume et perturbe la vie des résidents.

Les policiers arrivent sur les lieux et la dame est fort agitée. Elle est confuse. Le sergent et les policiers sur place débutent la négociation avec la dame. L’ambulance est aussi demandée en renfort. La dame ne veut pas entrer dans la voiture de police et après une longue discussion, où les policiers se sont montrés super courtois, la dame a été reconduite à l’hôpital pour y subir une évaluation. Ce qui surprend de cette intervention, c’est le calme de ces policiers qui auraient bien pu s’énerver et embarquer la dame, mais non tout s’est fait dans le calme et le respect.

Un deuxième appel survient en lien avec un accident entre une voiture et une mobylette sur le boulevard Céline Dion à Charlemagne. Pas une minute à perdre. On se dirige vers le lieu de l’accident à une vitesse grand V, les gyrophares et la sirène au coin des intersections sont en fonction. Policiers, pompiers et ambulanciers sont aussi sur place pour prodiguer les bons soins à la jeune fille qui a été happée par la voiture. Après les examens de routine, la jeune femme peut repartir et la dame qui l’a frappée est rassurée.

Après ce deuxième appel, c’est au tour des automobilistes qui empruntent le boulevard L’Assomption d’avoir la visite de la police. Au total, c’est plusieurs arrestations qui ont été effectuées par le policier Fortier, lequel a donné des explications sur le changement de la vitesse à 40 km/heure à l’intersection. Les interventions se sont déroulées dans le respect, de part et d’autre, et tous les individus arrêtés ont collaboré avec le policier qui leur a clairement indiqué la raison de leurs arrestations. Les citoyens bien que surpris par le changement ont tous obtempéré aux directives du policier.

Un autre appel, cette fois, pour de la violence conjugale. On se dirige assez rapidement sur place. Premier constat, un camion de déménagement obstrue le passage. Les policiers ont rapidement circonscrit les lieux afin de discuter avec la femme qui explique que des voisins se sont plaints du bruit, mais il n’y a rien de spécial à régler sur place qui demande l’intervention des policiers.

Après ce cas, direction la centrale du 911 à Repentigny. Une place très occupée, car les employés doivent répondre à tous les appels d’urgence da la région. Avec les multiples écrans, les trois préposés s’affairent avec une précision à couper le souffle et avec un calme étonnant. Ils prennent même le temps de nous expliquer leur travail entre deux appels. La soirée hyper excitante se termine en patrouillant les secteurs de Repentigny. De beaux moments avec un bon groupe de policiers qui ne font que leur travail dans une ville de 85 000 personnes.

Qui est Jean François Fortier?

Jean-François Fortier, anciennement assigné à la section Prévention, communications et soutien à la communauté, occupe la nouvelle fonction d’agent de soutien aux communautés culturelles au sein du Service de police. Originaire de La Sarre en Abitibi-Témiscamingue, l’agent Fortier a d’abord travaillé 15 ans comme ambulancier avant de joindre le Service de police de Repentigny en 2014, où il agit depuis comme policier jeunesse. Il siège également à la Table immigration et intégration de la MRC de L’Assomption. Le rôle de l’agent de soutien aux communautés culturelles sera de tisser des liens tangibles avec les différentes communautés de Repentigny afin de mieux comprendre leurs besoins et leurs attentes et favoriser des relations harmonieuses et durables. «Nous avons déployé une initiative similaire il y a déjà plusieurs années en nommant un policier dédié aux aînés et cela s’est avéré extrêmement positif. L’agent Fortier a un bagage très étoffé ayant travaillé auprès de nombreuses clientèles. Il possède toutes les habiletés nécessaires pour relever ce nouveau mandat», mentionne le directeur du Service de police, Helen Dion.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média