Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

05 novembre 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

La plantation d’arbres débute au parc Robert-Duguay à L’Assomption

Les Cowboys Fringuants impliqués grâce à leur Fondation

Plantations d'arbres

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Les représentants des élus municipaux, de l’administration municipale, du Jour de la Terre ainsi que des membres des Cowboys Fringants ont contribué à l’ensemble du projet.

C’est maintenait officiel, 334 arbres seront plantés au parc Robert-Duguay à L’Assomption. S’inscrivant dans le cadre de la Politique environnementale lancée en mai dernier, la plantation des arbres a déjà commencé.

Plantations d'arbres

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

La Ville de L’Assomption est présentement en discussion pour développer un parc, voire un projet en harmonie avec l’environnement et les milieux humides

Depuis le lancement de la Politique environnementale, la Ville de L’Assomption vise à réaliser des actions concrètes sur le territoire pour améliorer le milieu de vie, le rendre plus vert et développer des projets en harmonie avec l’environnement. Annoncées en présence de membres de la Commission de l’environnement, d’élus, de représentants du Jour de la Terre et de l’administration municipale, l’une des premières réalisations sera la plantation de 334 arbres.

À plus long terme, la Ville de L’Assomption souhaite développer un parc à proximité des arbres. Si pour le moment rien n’a été statuer et des projets sont sur la table, l’idée serait de développer un parc et un environnement en harmonie avec le virage vert. De plus, à court terme, on veut augmenter le nombre d’arbres dans les emprises routières.

Plantations d'arbres

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Annoncé lors d’une récente séance municipale, 334 arbres seront plantés à L’Assomption.

Embellir le milieu

Ce sont d’abord les jeunes de l’école aux Quatre-Vents, à Saint-Sulpice, qui ont approché la Ville de L’Assomption pour planter des arbres pour reboiser le secteur. « On s’est dit que les jeunes pourront non seulement profiter de leur levée de fonds et de leurs résultats, mais aussi bénéficier du parc à côté», a mentionné la coordinatrice pour le programme de plantation au Jour de la Terre, Katherine Laviolette.

Les citoyens remarqueront différentes essences d’arbres qui seront plantées. « On essaie de garder les soules, les boulots et les peupliers qui avaient déjà repoussés», détaille Mme Laviolette. On veillera à planter les arbres, rendre le milieu attrayant et séparer les résidences du parc.

Plantation d'abres

©Photo Hebdo Rive Nord - Hebdo Rive Nord

On vise à embellir les milieux de vie et à poser des actions s’inscrivant dans la Politique environnement de la Ville de L’Assomption.

Les responsables désirent également embellir les quartiers et penser à un projet à long terme. « On trouvait que le site était parfait et ça va peut-être devenir un enjeu avec le parc de faire un couvert boisé. On a profité du Jour de la Terre pour faire un mariage avec tout cela», a souligné le directeur du Service de l’hygiène du milieu à la Ville de L’Assomption, Christian Sauvageau.

D'autres plantations 

Afin de poursuivre l’initiative, la Ville de L’Assomption participera à d’autres plantations d’arbres. D’ailleurs, le Cégep de L’Assomption souhaite poursuivre le mouvement par le biais de projets étudiants.

« Grâce à la Politique environnementale, chaque année, il y aura des endroits qui seront statués et il va y avoir un reboisement de fait. Si on peut faire ça avec un projet communautaire ou étudiant, c’est encore mieux», précise Christian Sauvageau.

Tout proche du terrain choisi, on met les pieds dans le parc écologique. La vision envisagée est de créer une proximité entre les deux endroits où on prône l’environnement et la nature. Comme l’explique la conseillère municipale, Chantal Brien, il y a plusieurs possibilités de développements près du parc écologique.

Les citoyens pourront remarquer les différentes essences d’arbres en fonction des milieux humides telles que des sapins, des pins, des mélèzes, des érables, des chênes, des cerisiers, etc.

Fondation Cowboys Fringuants 

Impliqués depuis 2006 avec leur Fondation, les Cowboys Fringuants ont planté des arbres un peu partout dans le Québec. Fiers de cette réalisation, les membres du groupe, Marie-Annick Lépine et Karl Tremblay ont embarqué dans le projet en collaboration avec Jour de la Terre, la Fondation David Suzuki et La Tribu. Au tout départ, les fonds étaient amassés que par la Fondation Cowboys Fringuants.

1$ de chaque billet vendu de spectacle et sur chaque album est remis directement à leur fondation. Les membres des Cowboys se consacrent aussi à un tout nouveau projet « Artistes pour le climat. »200 scientifiques participent et partagent leurs expertises, en plus des deux autres fondations en collaboration. Ils ont lancé l’initiative aux artistes et aux entreprises.

« Souvent, on se dit qu’on ne sait pas comment faire pour aider à la protection de l’environnement, on s’est dit on a toute l’expertise qu’il faut », confirme Marie-Annick Lépine. Comme le renchérit Karl Tremblay, c’est une contribution volontaire. « On ne cherche pas à  faire de la publicité », indique-t-il.

Plantations d'abres

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Marie-Annick Lépine et Karl Tremblay étaient présents lors du commencement de la plantation d’arbres. Les musiciens s’impliquent à poser des actions environnementales avec le groupe grâce à la Fondation Cowboys Fringuants.

Ayant gagné en crédibilité avec leur Fondation, le chanteur soutient qu’il est plus facile de sensibiliser la population et les artistes à s’engager. « 1$ par billet vendu pour un artiste, c’est énorme », en convient Marie-Annick Lépine.

Enthousiastes par la réponse reçue jusqu’à présent, les complices ont bon espoir de créer un mouvement auprès de la communauté artistique. Comme objectif, on veut réussir à planter plus d’arbres et à créer un mouvement. Selon les deux membres du groupe, l’urgence climatique est présente et il faut agir dès maintenant pour les générations futures.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média