Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

04 décembre 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Le DIDA sensible la communauté à la différence

Journée internationale des personnes handicapées

DIDA

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

À gauche, Sonia Gagnon, intervenante et adjointe administrative, au centre l’un des membres, à droite la coordinatrice des services, des ententes et des programmes pour DIDA, Gilda Pontes et une des bénévoles ont souligné la Journée internationale des personnes handicapées le 3 décembre.

Chaque année, le 3 décembre, on souligne la Journée internationale des personnes handicapées. L’organisme Le Défi-Intégration-Développement-Accompagnement (DIDA) a tenu à l’aide de ses participants à sensibiliser la communauté à la cause. Quelques membres, responsables et bénévoles du DIDA étaient présents dans le hall de l’hôpital Pierre-Le Gardeur, afin d’amasser des dons qui seront réinvestis au sein de l’organisme pour ta tenue d’activités. On a profité du kiosque pour faire la vente des bijoux et de divers articles.

La population pouvait discuter avec des personnes présentant une déficience intellectuelle, tout en rencontrant l’équipe de l’organisme. Un kiosque d’information était installé pour l’occasion et pour interpeler la communauté sur la mission de l’organisme, puis les conscientiser à la différence.

Services et objectifs 

Le DIDA accueillit sur les territoires de la MRC de L’Assomption et la MRC Les Moulins les adultes de 21 ans et plus présentant une déficience intellectuelle qui ne peuvent intégrer le marché régulier de l’emploi. Grâce à un programme mis sur pied par l’organisme, les membres peuvent développer différentes habiletés et compétences sociales, puis professionnelles en prenant part à des formations, des travaux structurés qui tiennent compte de leurs besoins.

L’organisme donne l’opportunité à ces derniers d’être actifs dans la société et contribuer à la communauté par le biais de leurs compétences. Les activités socioprofessionnelles les amènent à se sentir utiles et fiers de leurs réalisations.

Pour sa part, l’équipe du DIDA accompagne ces adultes dans des milieux qui favorisent l’apprentissage, le développement d’habiletés et la confiance en soi.

DIDA

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Sur place, la communauté pouvait se procurer des créations fabriquées par les membres et faire des dons qui seront réinvestis pour organiser des activités offertes gratuitement à ces derniers.

Création et contribution 

Les participants sont amenés à faire preuve de leur imagination et à travailler sur leur motricité pour créer des bracelets. Plusieurs personnes déposent des bijoux dont elles ne servent plus et grâce à ces dons, les membres sont appelés à faire des bracelets.

Par la suite, ceux-ci sont vendus, afin de récolter de l’argent pour l’organisme. « Les activités que nous offrons sont gratuites. Les membres ne paient pas pour faire les activités dans l’organisme », fait part la coordinatrice des services, des ententes et des programmes pour DIDA, Gilda Pontes.

L’organisme amasse également les canettes consignées et des contenants qui sont vendus pour continuer à miser sur la gratuité des activités.

« Ils viennent faire des tâches et on ne trouve pas ça logique qu’ils paient pour travailler. On tient beaucoup à ce que la gratuité soit maintenue », en convient Gilda Pontes.  

Possédant un point de service à l’hôpital Pierre-Le Gardeur, les membres s’occupent de monter des dossiers pour 17 départements différents. L’an passé, ce sont plus de 65 000 dossiers qui ont été préparés grâce à l’implication de chacun.

Le DIDA a également un autre point de service à Repentigny où ce type de travail se poursuit. Les participants expérimentent et participent à différents travaux tels que le déchiquetage pour les entreprises et les particuliers. Plusieurs contrats sont établis, dont avec la Saint-Vincent de Paul. Les membres ont plié 28 000 enveloppes pour la guignolée.

Différentes tâches sont réalisées par les membres telles que l’assemblage, ensachage, estampillage, emballage, étiquetage, recyclage de contenants consignés vides, etc. En parallèle, l’organisme encourage ses membres et leur donne des cadeaux à leur anniversaire et lors de célébrations. Pour le temps des fêtes, une soirée est organisée avec un buffet, de la danse et une belle ambiance est assurée.

DIDA

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

L’équipe du DIDA avait installé un kiosque d’information dans le hall de l’hôpital Pierre-Le Gardeur dans l’objectif de sensibiliser la population à la différence et à faire connaître l’organisme.

Confiance 

L’équipe du DIDA encourage et supporte les participants. Lorsqu’ils réussissent des tâches auxquelles ils redoutaient, ces derniers se sentent fiers et acquièrent de la confiance. « Ils sont toujours fiers de venir à l’organisme et ils veulent bien faire quand ils s’appliquent. C’est beau de les voir aller », soutient-elle.

À l’avis de Sonia Gagnon, intervenante et adjointe administrative au point de service situé à Repentigny et Gilda Pontes, l’objectif de cette journée est de permettre un rapprochement entre les participants et la communauté. « On peut leur demander s’ils ont besoin d’aide. Ils ne le prendront pas mal. Prendre le temps de les écouter, ça fait toute une différence pour eux et ça permet de leur montrer qu’ils sont importants », souligne la coordinatrice des services, des ententes et des programmes.

Membres

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Le DIDA accueille une quarantaine de membres provenant de la MRC de L’Assomption et la MRC Les Moulins.

Sensibilisation 

Gilda Pontes et Sonia Gagnon remarquent à travers les années une plus grande ouverture de la population et des personnes présentant une déficience intellectuelle. Ce sentiment se fait sentir au sein de l’hôpital, puis de l’approche et la réception de la population envers ces différences.

«  Quand les dossiers sont faits, on se promène avec eux et on le voit qu’ils sont plus reconnus. Le monde les voit et les félicite, dont leur sentiment de fierté est encore plus grand », partage Mme Pontes.

Les points de service sont ouverts à l’année de 8h à 15h du lundi au vendredi. Ces derniers sont situés au 10, rue Notre-Dame, local 111 à Repentigny et à l’hôpital Pierre-Le Gardeur au local A-0307. Des activités contributives ont aussi lieu au Centre multiservices de santé et services sociaux Claude-David.

L’adulte de 21 ans et plus présentant une déficience intellectuelle peut être référé par le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle du CISSS de Lanaudière, la Commission scolaire des Affluents, les organismes communautaires du milieu ou tout simplement par les familles.

Pour plus de renseignements, on visite le www.dida-integration.org / page Facebook DIDA.

Commentaires

5 décembre 2019

Susan Camden présidente de DIDA

Merci pour le bel article et les photos

5 décembre 2019

huguette jutras

très bel article qui défini bien ce que DIDA fait et fait comprendre a la population que leur implication et générosité peut faire la différence

7 décembre 2019

Briand Monique

Mon fils participe à Dida . Avec eux, il a appris à se faire confiance, à se sentir important et fier de son travail. Je les en remercie!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média