Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

26 décembre 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Les étudiants mettent à profit leurs capacités pour les milieux sociocommunautaires

Projets d’engagement collège-communauté

Projets ECCOM

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

Quatre équipes se sont formées, afin de répondre aux besoins des milieux sociocommunautaires. Les étudiants ont été appelés à travailler en équipe, échanger leurs idées et faire avancer leur projet durant un laps de temps défini.

Plusieurs étudiants en Sciences humaines, profil Innovation sociale au Cégep régional de Lanaudière à L’Assomption, ont réussi avec brio la présentation de leur projet Engagement collège-communauté. Visant à offrir un cadre d’apprentissages différent aux étudiants, l’idée était de leur faire vivre des situations réelles grâce à des partenariats établis par les organismes communautaires, les entreprises d’économie sociale et les écoles de la région. Grâce à l’aide de mentors, ils ont formé des équipes et ont plongé à pieds joints dans cette aventure.

De plus en plus, on essaie de créer des parallèles au sein des cours, afin de passer de la théorie à la pratique. Par le biais de ces projets, chaque équipe a été appelée à faire preuve d’initiative et d’autonomie. Ayant décidé eux-mêmes de la forme du projet, les étudiants ont développé en collaboration leurs idées, puis les ont consolidées.

Chaque équipe a cheminé d’une façon différente, est arrivée à un résultat pertinent et a rencontré des réussites, puis des  difficultés au cours de ses démarches. Ayant un objectif à atteindre, les participants devaient concevoir des outils, aller chercher de l’aide et persévérer tout au long de leur parcours.

Réalisations

Une équipe a décidé de faire vivre une belle activité extérieure à des jeunes au Parc l’Île-Lebel à Repentigny. Afin de mieux s’entourer, ils sont allés chercher de l’aide pour avoir des bénévoles. C’est du côté de quelques jeunes, familles et amis que les coéquipiers ont pu compter pour recevoir de l’aide. Ils se sont tournés vers l’organisme de PANDA de la MRC L’Assomption, afin d’organiser une kermesse fluo pour les jeunes de 9 à 14 ans.

Pour faire connaître leur activité, les étudiants ont écrit un communiqué et se sont penchés sur un budget à concevoir. Lors de la journée, on réunissait des enfants issus de la Maison des jeunes de Repentigny, L’Assomption et ceux de l’organisme.

« On a permis un échange entre les jeunes qui avaient un TDAH ou non. On a remarqué au final qu’il n’y avait pas de différence. Ils parlaient comme ils le voulaient entre eux. Ça faisait place à la socialisation », a souligné Gabrielle Petit.  

Sur place, une variété de jeux était offerte, des surprises, collations et le visionnement d’un film au Centre à Nous. Malgré la mauvaise température, les participants ont su profiter de la journée mise sur pied par les étudiants, leur permettant de socialiser, créer des liens et augmenter leur confiance en eux. L’argent récolté par l’activité servira à l’organisme pour organiser d’autres évènements.

Projets ECCOM

©Photo Sarah Elisabeth Aubry - Hebdo Rive Nord

On retrouve tous les étudiants et les enseignants qui ont participé de près aux projets ECCOM.

Esprit entrepreneurial   

Par ailleurs, une autre équipe a lancé le défi CERESO. Développé également par le Centre d’expertise et d’accompagnement en Innovation sociale (CERESO), les étudiantes ont tenu à interpeler la communauté étudiante sur l’entreprenariat collectif.

L’objectif était d’amener les intéressés à planifier un projet entrepreneurial collectif et à impact social. Pour piquer la curiosité des participants, les étudiantes avaient demandé à trois entrepreneurs de la région d’organiser des conférences sur l’heure du dîner. Ainsi, des ateliers étaient aussi proposés. Résultat, deux dîners de création en ont découlé.

Au final, on souhaite rejoindre l’intérêt des participants en les amenant à s’inscrire au Startup Weekend inter-collégial à Laval les 28 et 29 février, puis le 1er mars prochain. Elles ont réussi à aller chercher des partenaires, des conférenciers et développer leur professionnalisme.

« On voulait faire de la publicité à l’extérieur du Cégep, puisque ça visait tous les jeunes de Lanaudière », a fait savoir Sara-Jeanne Paradis. Si les derniers ateliers n’ont pas eu lieu, les coéquipières ont su faire connaître leur projet, l’Espace412 et elles comptent poursuivre leurs actions de visibilité et pourraient s’inscrire au Startup Weekend.

Levée de fonds  

Une autre équipe s’est intéressée au milieu de vie communautaire. En s’arrêtant sur le Café de rue Solidaire de Terrebonne, les étudiants ont lancé une levée de fonds par le biais d’un quillothon. « Notre mandat était d’amasser de l’argent pour aider les jeunes à payer les dépenses, afin qu’ils puissent participer à un voyage de coopération internationale qui a lieu au Guatemala cette année », a expliqué Alexandre Brûlé. L’organisme vise à soutenir les jeunes de 18 à 30 ans, prévenir l’itinérance et offrir un lieu sécuritaire, puis accueillant.

Ces derniers ont été responsables de s’occuper de la vente de billets, de trouver un bowling et faire la promotion de leur évènement. En plus, ils ont veillé à faire les réservations, à trouver des commanditaires et à gérer toute la planification. Lors de l’évènement, il y avait des prix de présence, des tirages et on s’est assuré de faire connaître l’organisme de Terrebonne.

L’objectif convoité était de remplir douze allées. Mission accomplie, c’est un montant de 600$ qui a été amassé grâce à la générosité de tous. Sept commanditaires ont embarqué dans l’initiative et ont offert des cartes-cadeaux. Si l’équipe cherchait à développer le projet parfait, elle a dû se lancer et ne pas hésiter à demander du soutien.

Favoriser la persévérance scolaire

D’autres étudiants ont tenu à participer à la création d’activités et d’outils promotionnels pour faire connaître le profil Innovation sociale du programme Sciences humaines au Cégep à L’Assomption unique au Québec. L’équipe a eu le support des services des communications pour concrétiser leur projet.

L’idée est de prévenir la diminution du nombre d’inscriptions à l’automne 2020 en faisant la promotion du profil. Les étudiants ont créé deux outils de nature différente, soit un dépliant informatique et une activité sous forme de débat. Ce sont 300 dépliants qui ont été conçus.

« En lien avec notre guide, on a choisi le bleu et le vert qui représentent les couleurs du local 412. On trouvait que les couleurs étaient très vibrantes et reflétaient le profil Innovation sociale », a précisé Mathieu Ducharme. Les étudiants se sont déplacés au Collège Esther-Blondin dans le cadre de la journée carrière pour faire la promotion du profil. L’équipe a profité de la journée portes ouvertes du Cégep pour continuer sa mission et inviter les visiteurs à se présenter dans l’un des locaux pour assister aux débats.

Les projets ECCOM servent à répondre aux besoins du milieu et à la communauté. « Ce profil fait la différence entre croire que nous ne sommes pas faits pour l’école et réaliser que c’est l’école qui n’est pas faite pour nous », a conclu l’enseignante en Sciences humaines et responsable des projets ECCOM, Marie-Pierre Gaudet. Exceptionnellement, l’an prochain, les projets ECCOM auront lieu dans le cadre d’un cours complémentaire.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média