Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

13 janvier 2020

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Raccrocher les jeunes du secondaire par la voie de la création

Programme Passeurs de rêves

Activité à JBM

©Photo gracieuseté - Hebdo Rive Nord

Les élèves étaient amenés à faire preuve de créativité et pouvaient se rendre au micro pour procéder à l’enregistrement des contes.

Les élèves de troisième secondaire de Jean-Baptiste-Meilleur ont vécu une expérience des plus enrichissantes en décembre dernier, grâce à une activité visant la persévérance scolaire. À trois reprises, ils ont pu recevoir la visite de l’artiste Marc Sauvageau.

Propulsé par Passeurs de rêves de Culture pour tous, l’atelier Courtepointe sonore a amené les jeunes à travailler en équipe, créer et écrire, puis explorer de nouvelles perspectives d’emplois. C’est dans la classe de Marie-Ève Godin que le concept s’est développé et a pris forme par le biais d’un conte de Noël.

En équipe, les élèves devaient élaborer des idées et des concepts avant d’écrire une partie d’une histoire. Au total, deux contes de Noël collectifs ont été pensés par les jeunes qui ont décidé de les présenter dans des classes de deuxième année d’une école primaire.

Pour sa part, Marc Sauvageau avait pour rôle de les accompagner dans l’exercice et veillait au montage du récit. Pour travailler, les élèves étaient divisés en plusieurs groupes et chacun avait une partie à réaliser selon le schéma narratif d’une histoire.

Après avoir complété cette démarche, les parties du conte étaient mises en commun pour arriver à créer un récit. Ce qui est intéressant au sein de ce processus créatif, c’est le fait que les jeunes sont amenés à raconter l’histoire à l’aide d’un micro. On enregistre cette dernière et on ajoute de la musique et des effets spéciaux.

Conte musical 

Tous les élèves ont été appelés à sortir de leur zone de confort, à participer et à se dégêner. Chacun devait rejoindre le micro pour raconter une partie du conte musical. « Mon objectif est de faire participer le plus de monde possible. On ne s’attend pas à un rythme extrême, mais on veut vivre l’expérience », souligne l’artiste. D’ailleurs, un trio s’est formé spontanément pour faire un beatbox.

Apprentissages 

À travers cette activité, les jeunes développent leur côté créatif, leur imagination, leur confiance en soi et le français. C’est aussi une belle occasion de découvrir de nouvelles avenues de carrières. « Je n’arrive pas avec des idées préconçues d’avance. Au contraire, je veux que les idées viennent des élèves et que l’on travaille ensemble », ajoute M. Sauvageau.

Le slameur et conteur aime bien proposer des suggestions, mais apprécie davantage quand celles-ci sont lancées par les participants.

Activité à JBM

©Photo gracieuseté - Hebdo Rive Nord

Les jeunes de troisième secondaire de l’école Jean-Baptiste-Meilleur ont reçu la visite à trois reprises de l’artiste Marc Sauvageau.

Le performeur se donne pour mission d’amener les jeunes plus loin dans l’exercice en vivant l’expérience à sa pleine capacité, en s’exprimant de façon véridique et en se surpassant. « On peut s’arrêter sur n’importe quoi en poésie, sur un objet ou via l’imagination, par notre passé, notre vécu… On le modifie, on l’accentue, on le glorifie, on le rend plus laid », mentionne-t-il. Grâce à ce type d’activité, Marc Sauvageau rappelle qu’il n’est pas important d’être nécessairement doué en français. Il suffit de se lancer et d’avoir un message percutant à partager.

Depuis près de onze ans, Marc Sauvageau se déplace une grande partie de son temps dans les écoles du secondaire pour permettre aux enseignants et à leurs élèves d’apprendre différemment. Se spécialisant dans le montage vidéo, la poésie et le slam, ce dernier a également écrit des pièces de théâtre et des livres, en plus de performer à la radio.

Se promenant dans différentes écoles de la Commission scolaire des Affluents, le médiateur culturel a l’habitude de développer des projets de tout genre tels que des compétitions de slam et des histoires.  Il se donne d’ailleurs pour défi d’intéresser la jeunesse à la poésie.

Cadre artistique 

De son point de vue, la présence d’artistes au sein des écoles est primordiale. L’idée de préparer des projets avec la jeunesse et d’intéresser cette dernière à l’école d’une autre façon est nécessaire. C’est exactement la mission des Passeurs de rêves, de raccrocher ceux dont le parcours académique est plus difficile par le biais de l’art, tout en montrant des nouvelles perspectives d’emplois.

Fondé en 2014, Passeurs de rêves a pour but de mener à une création collective, tout en permettant de tisser des liens entre les élèves. On vise à augmenter la confiance en soi des jeunes, puisque les résultats de leur travail sont affichés dans l’école, notamment. Le concept s’adresse à des classes du secondaire et d’accueil, puis d’adaptation scolaire.

Le programme offre également du mentorat individuel jumelant des élèves démontrant un intérêt pour une discipline artistique. Ces derniers sont ainsi appelés à rencontrer des professionnels et peuvent aller chercher des conseils sur des métiers. Cette façon de procéder amène les jeunes démotivés par l’école à les raccrocher à une passion.

Observant les options envisageables avec Passeurs de rêves, la chargée de projet pour ce programme chez Culture pour tous, Isabelle Tanguay, indique que ce dernier pourrait éventuellement s’élargir en s’adressant aux personnes âgées ou même à des groupes de nouveaux immigrants.

Point de départ 

C’est lors de son passage au secondaire que Marc Sauvageau a commencé à plus s’appliquer en français. L’un de ses enseignants lui a fait comprendre le pouvoir de la langue française. Peu à peu, il s’est mis à écrire de plus en plus et cette passion ne l’a jamais quitté.

Travaillant présentement sur un projet avec des jeunes à Saint-Agathe pour préparer une compétition de slam, Marc Sauvageau compte leur présenter un spectacle. Entretemps, il consacre ses énergies à Patate Poil, une représentation destinée aux enfants.

Pour en savoir davantage, on consulte le https://www.culturepourtous.ca/milieu-de-leducation/passeurs-de-reves/.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média