Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

29 mars 2020

Pierre Chartier - pchartier@lexismedia.ca

«Pandémie ou non, le gouvernement Trudeau avance son agenda pétrolier» Monique Pauzé

Monique Pauzé

©Photo Hebdo Rive nord-archives

Monique Pauzé se dit outrée de voir le gouvernement Trudeau profiter de la pandémie pour faire son avancer son agenda pétrolier.

La députée fédérale de Repentigny, Monique Pauzé, se dit outrée de voir le gouvernement Trudeau profiter de la pandémie pour faire son avancer son agenda pétrolier. Aux 15 milliards de dollars annoncés par Ottawa pour venir en aide à l’industrie pétrolière de l’Alberta, le fédéral planche actuellement sur un projet de règlement qui permettra d’exclure les forages d’exploration pétrolière et gazière d’une évaluation environnementale et poursuit les évaluations environnementales de projets industriels majeurs, dont le nouveau mégaprojet d’exploitation de sables bitumineux de Suncor.

:« Je n’en reviens pas, c’est odieux. La planète est en crise, nos entrepreneurs, nos travailleurs sont inquiets, ils ne savent pas comment ils vont joindre les deux bouts, tout le monde est confiné à la maison et le fédéral tire avantage de la situation. Il y aura un avant et un après Covid-19 et j’ai bien hâte de voir toutes les décisions qui seront prises par les gouvernements tant au fédéral qu’au provincial alors que l’attention des gens et même des grands médias est rivée sur la crise.»

Monique Pauzé

 

Monique Pauzé se questionne sur la pertinence d’octroyer 15 milliards à l’industrie la plus polluante de la planète surtout lorsqu’on sait que l’Alberta n’a jamais voulu diversifier son économie ou imposer de taxes de vente provinciale à la population.

Jusqu’à présent, une pétrolière qui veut mener un premier projet de forage pétrolier dans les eaux à l’est de Terre-Neuve-et-Labrador doit présenter son projet et produire une étude d’impact environnemental. Suite à cela, l’Agence canadienne d’évaluation environnementale, étudie le projet et produit un rapport qui est remis au ministre de l’Environnement. Ce dernier décide ensuite d’autoriser ou de refuser le projet. Tout cela est appelé à changer, car récemment le gouvernement Trudeau a demandé une simple évaluation régionale sur les forages qui s’étendront sur territoire maritime de plus de 735 000 km2 situé dans l’Atlantique.

Rappelons que, en ce qui concerne le projet de Suncor, la pétrolière souhaite agrandir la superficie sur laquelle elle opère ses installations d'extraction et ses activités d'exploitation minière à ciel ouvert. On s'attend à ce que la production atteigne au  minimum une  capacité de  225000  barils  par  jour  de  bitume  de  remplacement durant sa vie utile estimée à 25 ans.

« Encore une fois, ce projet m’inquiète grandement, s’indigne Monique Pauzé. Ce sera un désastre du point de vue environnemental, mais il est aussi grand temps que le Canada commence à se pencher sur la question des travailleurs du secteur pétroliers et gaziers. Ils ont besoin d’une transition juste et équitable. Il s’agit d’une énergie dépassée et c’est impensable de s’entêter à financer ce secteur qui, avouons-le, est de moins en moins lucratif.»

Rappelons que ce projet de Suncor n’est pas sans rappeler le projet Frontier de Teck Resources qui n’était pas viable. Il est situé à côté des installations existantes de l'usine principale de Suncor, qui se trouve à environ trois kilomètres au nord de Fort McMurray dans la municipalité régionale de Wood Buffalo. La construction du projet devrait commencer en 2026 et s’étendra sur 200 kilomètres2.

Commentaires

31 mars 2020

Christiane Bruyère

Commute tenu de la situation actuelle, les investissements du fédéral devraient servir à supporter les travailleurs et travailleuses qui ont perdu leur emploi. Réfléchir aux autres ressources de l’Alberta et bâtir de nouvelles entreprises qui pourront les embaucher en priorité. Mettre en place des formations techniques et professionnelles nécessaires.. La pollution est “mortelle” pour la planète. Je ne peux pas croire que cette pandémie ne nous aura rien appris. M. Guilbeault, est-ce que le Patrimoine vous rend désormais muet sur l’Environnement ?

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média