Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

04 juin 2020

Renée-Claude Doucet - rcdoucet@lexismedia.ca

Du soutien pour mieux naviguer pendant la tempête

Accompagnement d’un mentor

Visioconférence

©Depositphotos

En ce moment, les mentors et mentorés demeurent en contact par le biais de la visioconférence, notamment.

Traverser une période de turbulence n’est pas un défi simple à relever pour un entrepreneur et notamment pour celui qui débute dans son domaine. Au-delà du stress et de l’isolement, il est souvent appelé à prendre de difficiles décisions, et ce, rapidement. L’entrepreneur Paul Saint-Georges, qui agit à titre de chef mentor chez CieNOV, souligne que le mentorat a été mis sur pied afin d’accompagner ces gens qui débutent en affaire lorsqu’une vague survient.

« Un mentor permet de calmer les « hamsters » qui tournent dans notre tête pendant la nuit, image M. Saint-Georges. Souvent, un entrepreneur souhaite parler à quelqu’un qui est neutre. Un mentor, c’est ça. C’est une personne qui accompagne quelqu’un qui vit une situation qu’elle-même à probablement déjà vécue. C’est un peu comme un psychologue d’affaires. »

 

Paul Saint-Georges œuvre en tant que chef mentor depuis une bonne douzaine d’années. Il a d’ailleurs accompagné une quinzaine de mentorés. Encore aujourd’hui, ce titre qu’il remplit bénévolement continue de le passionner. « J’aime côtoyer des gens qui ont des défis. Je trouve toujours intéressant de voir ce qu’ils peuvent faire. Le rôle de mentor est très enrichissant et inspirant. »

 

Ainsi, la relation mentor/mentoré est gratifiante pour les deux partis. « Le mentor pose parfois deux ou trois questions, qui permet au mentoré de mieux réfléchir. Lorsque l’on est entrepreneur, on est souvent laissé seul; on ne parle pas nécessairement à nos employés, à nos fournisseurs ou à notre directeur de banque… ainsi, on a besoin d’un exutoire. Ça fait du bien et ça demeure confidentiel. »

 

En temps de pandémie

 

Cette relation d’affaires s’avère d’autant plus pertinente en ce moment, alors que la crise de la COVID-19 sévit toujours et que les entrepreneurs doivent se relever après avoir enregistré des pertes. Il va sans dire que ces derniers ont besoin d’encouragement, maintient M. Saint-Georges. 

 

Le chef mentor raconte d’ailleurs avoir déjà vécu une situation quelque peu semblable alors qu’il était l’un des principaux actionnaires de la chaîne de restaurant Le Commensal. « Nous avons eu une bactérie et on a dû fermer pendant une semaine. Nous avons perdu une somme importante d’argent… mais nous avons réussi à nous relever parce que nous avons agi en bon père de famille. »

 

M. Saint-Georges maintient néanmoins qu’il aurait grandement apprécié le support d’un mentor à l’époque. « Ça aurait probablement été plus facile et des décisions auraient sans doute été prises différemment. »

 

L’entrepreneur aguerri n’a pas de doute que les affaires reprendront malgré la pandémie, il faut simplement être patient. « Les gens en affaire ont peur de l’après, de cette période noire… il faut leur montrer que ça va repartir et qu’il s’agit d’une situation temporaire. La COVID-19 ne sera pas toujours là. »

 

Les mentors sont également en mesure de diriger les mentorés vers les bonnes ressources, que ce soit du côté des programmes proposés par les gouvernements ou encore vers des professionnels tels qu’avocat, comptable, propriétaire…

 

En ce moment, les mentors maintiennent les liens avec leurs mentorés via la visioconférence ou autres outils technologiques.

 

Qui sont les mentors?

 

Certains mentors sont encore actifs en affaires, d’autres sont à la retraite ou semi-retraités. Les jumelages mentor/mentorés sont effectués par une coordonnatrice qui s’assure de regrouper deux personnes en provenance de domaines différents. « Nous de jumelons jamais deux personnes dans le même domaine, puisqu’ils peuvent être en conflit d’intérêts. Nous nous assurons également de regrouper les gens en fonction des besoins.  Par la suite, on s’assure que la relation fonctionne bien », explique M. Saint-Georges.

 

Capacité d’écoute et empathie sont les principales qualités recherchées chez un mentor.

 

Il y a une vingtaine de mentors en poste chez CieNOV. Tous demeurent accessibles afin d’accueillir de nouveaux membres sous leur aile. En ce moment, CieNOV et ses mentors offrent aux entrepreneurs qui sont en affaires depuis moins de cinq ans, un jumelage gratuit pour une période de trois mois.

 

Info : cienov.ca

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média