Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

18 mars 2021

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Comment adapter les milieux de vie pour un vieillissement actif?

La conférencière Isabel Wiebe se penche sur la question

Couple

©Depositphotos - Hebdo Rive Nord

Le Québec connaît un vieillissement rapide de sa population et les municipalités jouent un rôle clé dans le soutien aux aînés.

Dans le cadre de sa série de webinaires Les midis de la mobilité durable, le Conseil régional de l’environnement de Lanaudière (CREL) a accueilli la coordinatrice du Vieillissement actif et urbanisme – Vivre en ville, Isabel Wiebe qui a abordé les enjeux liés au vieillissement rapide de la population. Les municipalités doivent adapter leurs aménagements et jouent un rôle clé dans le soutien aux aînés.

Cette initiative a été présentée en collaboration avec le Plateau Lanaudois Intersectoriel. Pour leur permettre de conserver leur autonomie le plus longtemps possible, les aînés doivent avoir accès à des services de proximité et des ajustements sont nécessaires pour y arriver.

Possédant un baccalauréat en géographie et une maîtrise, ainsi qu’un doctorat en études urbaines, la conférencière s’est jointe à l’équipe Vivre en ville pour développer des outils pratiques à l’intention des municipalités, pour adapter les villes au vieillissement des populations. Isabel Wiebe participe à des activités de recherches.

C’est d’ailleurs ce qu’elle a présenté grâce au webinaire et les activités de terrain. Elle propose quelques pistes de réflexions et d’interventions.

Vieillissement

Le phénomène du vieillissement a lieu dans la plupart des pays occidentaux. Il impacte ainsi les différentes sphères de la vie, dont la santé, l’économie, l’équité entre les générations, etc.

« Je parle de défis, mais j’insiste beaucoup aussi sur l’opportunité du vieillissement pour le développement […] Ce n’est pas un défi uniquement, mais aussi une opportunité. », précise-t-elle. Ça permet aux villes de s’adapter, notamment pour les aînés, mais aussi pour un autre type de clientèle.

Le vieillissement varie d’une région à une autre . Il n’est pas uniforme. On souligne que 10% des aînés disposent d’un revenu faible, 28% des hommes et 16% des femmes de 60 ans et plus sont actifs sur le marché du travail, 27% des aînés vivent seuls et 23% consacrent du temps à des activités bénévoles.

Un tiers des personnes âgées de 65 ans et plus ont des problèmes de mobilité et deux tiers pour celles de 85 ans et plus. On préconise le vieillissement chez soi. On doit penser à développer des activités de proximité, des espaces et habitations adaptés, des traverses piétonnières, etc.

Localiser les services

Pour réussir à bien répondre aux besoins des aînés, les municipalités doivent créer une offre d’activités, déterminer les endroits stratégiques et les services.

« Toute la question de la planification est importante pour limiter ces contraintes pour s’adapter à une population vieillissante qui va être plus nombreuse. », indique Mme Wiebe.

Il existe déjà des politiques et des plans d’actions pour les municipalités comme le programme Municipalités amies des aînés (MADA). Les stratégies d’interventions pour les municipalités sont liées entre autres à l’aménagement et à l’urbanisme.

« Ce qu’on veut faire avec notre projet, c’est de faire contribuer les aménagistes à la réflexion sur les aînés et vice versa, puis sensibiliser les urbanistes aux besoins des aînés. Puis de faire la même chose avec les gens qui travaillent davantage en développement social à la question urbanistique et à l’importance des choix qu’on fait aussi par extension pour la qualité de vie des aînés, voire même l’inclusion sociale des aînés. », explique-t-elle.

Il y a des choix à faire pour localiser des services et des impacts en découlent pour les aînés.

« L’idée c’est d’adapter les villes aux besoins des aînés et par extension de les rendre plus durables pour tous. », détaille la coordinatrice vieillissement actif et urbanisme – Vivre en ville.

Activités de proximité

Il y a une réflexion à faire sur les services offerts et la façon d’y accéder. Il y a la question de l’épicerie, les soins de santé, les loisirs, etc. Tous ces aspects permettent aux aînés de conserver leur autonomie et d’avoir accès à une offre d’activités. Dans certains cas, ce sont les municipalités qui déterminent les facteurs de localisation. Elles ont le pouvoir d’influencer ces prises de décisions.

C’est par le biais d’un diagnostic qu’il est possible de bien connaître son territoire, aborde la conférencière. Il est important de localiser les services de santé et sociaux, les lieux de bénévolat, le transport, etc. Il est nécessaire d’améliorer et consolider les centralités et développer des stratégies d’intervention pour les municipalités.

Stratégies d’invention

Une fois qu’on a bien cerné son milieu, quels sont les pouvoirs des municipalités? Elles peuvent intervenir dans l’aménagement, comme en implantant par exemple une place publique pour réunir des gens, créer un marché local, etc. Elles peuvent soutenir les activités existantes et aménager de nouveaux équipements. Les municipalités ont aussi le pouvoir d’influencer la localisation aux établissements de santé.

Il y a aussi l’aspect des résidences pour aînés. Elles ne sont pas toutes situées dans des zones favorables à proximité de services. C’est le cas de la ville de Saint-Eustache qui a décidé de localiser une résidence proche du centre-ville avec l’ajout d’une place publique.

« Ce sont aussi des opportunités pour la municipalité d’améliorer le cadre bâti et de faire des places qui répondent à tous au-delà des aînés. C’est aussi bénéfique pour la municipalité de s’y intéresser. », estime-t-elle.

Interpeller les aînés

Ce qui est important pour Isabel Wiebe est d’impliquer les aînés à travers les projets et leur donner la parole. « Les impliquer dans la solution c’est quelque chose de prioritaire et majeur. », fait-elle part. Il suffit d’identifier les problèmes et apporter des solutions pour créer des aménagements pour le vieillissement actif.

Un forum sur la mobilité durable se tiendra le 6 avril 2021.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média