Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

26 mars 2021

Pierre Chartier - pchartier@lexismedia.ca

Les variants de la COVID-19 se propagent rapidement au Québec

Attention aux variants

Variants

©Photo -archives

La dominance des variants parmi tous les cas de COVID-19 au Québec est inévitable.

L'Institut national de la santé publique du Québec (INPSQ) estime que les prochaines semaines seront cruciales pour contenir la montée des variants de la COVID-19 au Québec.

Des projections modélisées par l'équipe de Mathieu Maheu-Giroux, épidémiologiste à l'université McGill, en collaboration avec Marc Brisson, professeur titulaire à l'université Laval confirment que les variants du SRAS CoV-2 qui font actuellement l'objet d'une surveillance mondiale rehaussée vont devenir dominants au Québec d'ici le début du mois d'avril.

Selon ces modélisations, les variants B.1.1.7 (le plus présent) et B.1.351 vont bientôt représenter plus de 50 % des nouvelles infections de COVID-19 au Québec. Ces variants se propagent rapidement en raison de leur meilleure capacité à se transmettre d'une personne à une autre. Actuellement, il y a plus de 4 682 cas cumulatifs de variants au Québec.

Depuis le début de la pandémie, l'INSPQ effectue un suivi du taux de reproduction effectif du SRAS-CoV-2. C'est ce qu'on appelle le Rt. Il représente le nombre moyen d'individus infectés par une personne avec le SRAS-CoV-2 dans une population où certains individus sont immunisés.

Publicité

Défiler pour continuer

Afin de mieux comprendre l'impact des variants sur la transmission, les chercheurs ont calculé ce Rt spécifiquement pour les variants à surveillance rehaussée en utilisant la proportion des tests avec criblage positif.

Le Rt des variants sous surveillance rehaussée est présentement estimé à 1,31 alors que celui des autres souches du virus est de 0,92. Cela signifie qu'une personne infectée par un variant sous surveillance rehaussée infecte 1,31 personne alors que pour les autres formes du virus, une personne infectée en infecte environ une seule. Un Rt supérieur à 1 signifie que l'épidémie est en croissance.

Ces données modélisées au Québec confirment ce qui est observé ailleurs dans le monde : les variants sous surveillance rehaussée se transmettent environ 40 % plus efficacement comparativement aux autres souches du virus. Ils sont en quelque sorte plus rapides à se propager et possèdent donc un avantage sélectif par rapport aux autres souches du virus.

« L'augmentation des cas de variants sous surveillance rehaussée que l'on constate signifie que le niveau actuel d'application des mesures de prévention est insuffisant pour contenir leur transmission et maîtriser l'épidémie, du moins jusqu'à ce qu'une très grande proportion de la population québécoise soit vaccinée », explique le Dr Gaston De Serres, médecin épidémiologiste à l'INSPQ.

La dominance des variants parmi tous les cas de COVID-19 au Québec est inévitable. On peut cependant agir dès maintenant pour limiter l'impact des variants sur les hospitalisations et les décès.

Une forte adhésion aux mesures sanitaires et un dépistage/traçage intensif des contacts pourrait ralentir la progression du variant au Québec, le temps que la campagne de vaccination produise son effet.

Les prochaines semaines sont critiques pour ralentir la hausse anticipée des cas, des hospitalisations et des décès. Il est donc important de maintenir les mesures de prévention pour éviter les conséquences graves d'une éventuelle troisième vague de pandémie de COVID-19.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média