Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

16 juin 2021

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Les restaurateurs touchés par la vague d’amour de leur clientèle

Après une longue pause de plusieurs mois

Pacini

©Photo tirée de Facebook – Pacini Repentigny - Hebdo Rive Nord

Pacini à Repentigny a fait peau neuve en juin 2019. La clientèle peut profiter du bar à pain et d’une variété de cocktails pour la saison estivale.

C’est officiellement le 28 mai dernier que le gouvernement du Québec a annoncé dans son plan de déconfinement l’ouverture des terrasses dans l’ensemble de la province. Les restaurateurs se réjouissent de pouvoir enfin renouer avec leur clientèle. Trois jours plus tard, Lanaudière a tombé en zone orange permettant d’accueillir à nouveau la clientèle dans leurs salles à manger. L’Hebdo Rive Nord s’est entretenu avec quelques propriétaires de restaurants du secteur pour voir si l’engouement est toujours présent.  

©Photo tirée de Facebook – La Piazzetta Repentigny - Hebdo Rive Nord

La Piazzetta à Repentigny possède une grande terrasse et est accessible tous les jours.

©Photo tirée de Facebook – Le White Rabbit Repentigny - Hebdo Rive Nord

Le White Rabbit à Repentigny continue à prendre des commandes en ligne et est heureux de renouer avec sa clientèle.

©Photo Pierre Chartier - Hebdo Rive Nord

Le Tomate Basilic possède une salle à manger et une terrasse pour accueillir sa clientèle. Le prêt-à-emporter s’est avéré une belle découverte pour le restaurant lors des derniers mois.

Certains auraient voulu avoir plusieurs jours supplémentaires pour se préparer en vue de la réouverture de leurs restaurants, alors que d’autres propriétaires estiment être prêts depuis un moment. C’est le cas du propriétaire de la Piazzetta à Repentigny, Olivier Delisle, qui considère être prêt depuis un bout.

Jusqu’à présent, ce dernier estime avoir réalisé sa meilleure semaine depuis l’acquisition de son restaurant depuis dix ans.

« On était prêt. Je suis parmi les chanceux, car on n’a pas perdu d’employés. Ça aide grandement. », souligne-t-il. Une vingtaine d’employés mettent la main à la pâte pour servir la clientèle sur la terrasse et en salle à manger. Ayant reçu trois candidatures pour travailler à son restaurant, M. Delisle les a engagés sur le champ.

Hausse des ventes 

Concernant la clientèle, le propriétaire de la Piazzetta remarque que la facture moyenne a grimpé de 6 à 8$ dépendamment du dîner ou du souper. Ayant atteint un record de ventes récemment, le restaurateur ajoute que cet exploit s’est fait avec moins de clients en raison des mesures sanitaires.

Malgré les restrictions, la Piazzetta de Repentigny connaît un grand roulement et de l’achalandage tous les jours. Cette année, le restaurant ferme ses portes durant tous les jours de 15h à 17h pour permettre au personnel de se préparer pour l’heure du souper.

Vers la période plus achalandée, le restaurant cesse de prendre des commandes pour emporter afin de concentrer son énergie sur la clientèle qui franchit les portes.

« Quand ça l’a repris l’été dernier, ça s’est super bien passé. On se doutait que ça allait être comme ça cette année. Ça fait dix ans que nous sommes ouverts. Nous avons notre clientèle. Elle avait hâte de revenir. On savait que ça allait repartir en force », exprime-t-il. La clientèle peut profiter du même menu qu’auparavant avec de nouveaux cocktails et vins à déguster.

Du côté du Pacini à Repentigny, les dernières semaines ont été occupées, particulièrement lors de la réouverture officielle.

« Quand on compare avec l’année 2019 à pareille date la même semaine, on a fait 50% de plus des ventes…les gens partaient d’un peu partout et avaient hâte de revenir manger chez Pacini. »,aborde le propriétaire, Richard Pilote.  

La clientèle au rendez-vous

Pour le propriétaire du Tomate Basilic et la Gaulée à Repentigny, Vincent Arsenault, l’engouement que témoigne la clientèle est une vague positive.

« Tout le monde avait hâte de reprendre ses habitudes et d’aller manger aux restaurants…la demande est là et la clientèle est présente. », fait-il part. Pendant la fermeture des restaurants, le prêt-à-emporter s’est avéré une belle découverte.

« Ça nous a permis de bien nous positionner à Repentigny. Les gens nous ont découverts comme ça. », ajoute-t-il. L’option du prêt-à-manger et les commandes à emporter sont un volet qui va rester. « On avait l’impression que ça allait diminuer étant donné que les salles à manger allaient rouvrir. Ça semble vouloir se maintenir. », précise M. Arsenault.

Ce dernier n’a pas eu de doute que la clientèle revienne en salle en manger et sur la terrasse. La réouverture a permis au propriétaire de mieux faire connaître son autre restaurant La Gaulée à Repentigny. La réponse est également positive. Celui-ci a ouvert peu de temps avant mars 2020. Les deux restaurants possèdent des terrasses et un bel espace.

« On s’est fait dire qu’on respecte vraiment les consignes sanitaires. Les gens peuvent venir en toute sécurité dans nos établissements à Repentigny. », détaille-t-il.

Pacini était prêt à accueillir sa clientèle. Le prêt-à-emporter et la livraison connaissent un beau succès depuis la pandémie. La plupart du personnel est resté en poste.

« J’avais conservé un lien avec tout le monde quand on était fermé. Tout le monde travaillait au moins une journée par semaine. Ça l’a permis de créer des liens et de s’assurer d’un retour quand on a réouvert. », confie le propriétaire, Richard Pilote.

En juin 2019, le Pacini a fait peau neuve et possède une terrasse. Le restaurant est ouvert tous les jours de la semaine pour le dîner jusqu’au soir. L’expérience du bar à pain est toujours disponible et plusieurs nouveautés s’ajoutent pour les cocktails. M. Pilote a procédé à l’embauche de nouveaux employés.

« Je touche du bois, mais je me compte parmi les chanceux en ce moment. », mentionne-t-il.  

Gestion complexe 

Pour le propriétaire du White Rabbit à Repentigny, André Talbot, la réouverture des restaurants amène son lot de défis positifs et négatifs. Il y a beaucoup de gestion à faire avec les réservations, la plateforme, les commandes en ligne, la livraison, les téléphones, etc.

« Ce n’est pas juste la clientèle qu’on doit informer, mais également le personnel pour le former. », précise-t-il indiquant que le délai de onze jours était peu avant de repartir la machine. 

D’ailleurs, le White Rabbit est à la recherche de plusieurs employés autant en cuisine, pour servir que du côté-bar.

« On se bat pour avoir les gens en restauration qui sont restés. J’imagine qu’il y a beaucoup de gens qui veulent profiter de leur été et les subventions du gouvernement, puis du chômage qui est plus flexible ces temps-ci. », appuie-t-il.

Habituellement, le restaurant est ouvert toute la semaine, mais en raison du manque de main-d’œuvre, il ouvre ses portes six jours, et ce, en soirée seulement. M. Talbot se dit heureux de la réouverture et de pouvoir offrir l’expérience complète du White Rabbit à sa clientèle. Pour le moment, la formule spectacle est sur pause en raison du contexte.

Enjeux soulevés 

Dans l’ensemble, M. Delisle en convient que la clientèle connaît les mesures sanitaires et respecte les consignes. Le plus gros défi demeure de gérer les réservations à son avis et de s’assurer que tout se fait dans les règles de l’art.

« On suit les règles, car ça ne nous tente pas de refermer. », explique-t-il. Pour M. Arsenault, la réouverture a été rapide à son avis. Il est plus complexe de s’approvisionner en ce moment et de combler des postes.

Même si l’ensemble de son personnel a répondu présent le 28 mai dernier, il confie qu’il n’est pas simple de trouver de la main-d’œuvre dans l’industrie de la restauration, une problématique qui est là depuis plusieurs années. Cet impact se fait sentir sur les heures du Tomate Basilic qui ferme ses portes un peu plutôt.

À ce jour, Vincent Arsenault remarque que la clientèle s’informe sur les règles à respecter pour fréquenter les restaurants.

« Ce n’est pas un élément majeur, mais il faut faire un petit peu d’éducation. Les gens sont conscients que si on veut conserver nos acquis, il faut respecter les règles. », dit-il.

À l’avis d’André Talbot, le personnel doit demeurer à l’affût des consignes sanitaires envers la clientèle et rappeler la distanciation par moment. Malgré tout, il estime que les clients avaient hâte de retourner manger aux restaurants.

« Il faut aviser la clientèle. C’est pour ça que nous ne prenons pas de réservation en ligne. En ligne, on ne peut poser de questions et expliquer les règlements. », explique-t-il.

Pour la plupart des restaurants, il est indiqué de réserver soit par téléphone ou en ligne. Le prêt-à-emporter et les livraisons se poursuivent.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média