Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

30 juin 2021

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

La culture au cœur de l’enseignement par Lawrence Dupuis

Fragments de réalité – L’art de cultiver son âme

Documentaire

©Photo gracieuseté - Lawrence Dupuis - Hebdo Rive Nord

Lawrence Dupuis est allé à la rencontre des élèves inscrites à l’option Exploration culturelle.

Cinéaste et artiste visuel, Lawrence Dupuis, ne cesse de se démarquer dans son domaine. L’artiste a forgé sa signature avec les années et ses œuvres ont attiré le regard lors de différents évènements de grande envergure. Durant les derniers mois, le réalisateur a eu l’occasion de développer un court documentaire Fragments de réalité – L’art de cultiver son âme, en collaboration avec le Théâtre Advienne que Pourra (TAQP).  

©Photo gracieuseté – Lawrence Dupuis - Hebdo Rive Nord

Le réalisateur et artiste visuel a accompagné des élèves de 5e secondaire lors de leurs sorties culturelles.

©Photo gracieuseté – Lawrence Dupuis

Fragments de réalité – L’art de cultiver son âme, est une fenêtre sur la vie des jeunes.

©Photo gracieuseté – Lawrence Dupuis - Hebdo Rive Nord

Le projet du court documentaire a été lancé par l’enseignant à l’école secondaire Du Coteau de Mascouche, Christophe Surget et metteur en scène et membre fondateur du TAQP, Frédéric Bélanger.

©Photo gracieuseté – Lawrence Dupuis - Hebdo Rive Nord

Grâce à l’option Exploration culturelle, les élèves se sont rapprochées.

©Photo gracieuseté – Lawrence Dupuis - Hebdo Rive Nord

Le projet a mis en lumière l’importance de la culture dans les écoles.

©Photo gracieuseté – Lawrence Dupuis - Hebdo Rive Nord

Les jeunes filles se sont confiées à Lawrence Dupuis lors d’entretiens.

©Photo gracieuseté – Lawrence Dupuis - Hebdo Rive Nord

Le cinéaste a reçu des confidences touchantes qui lui ont touché droit au cœur.

Lawrence Dupuis a fait ses preuves en lançant son entreprise de cinéma et grâce à un projet d’entrepreneuriat. Depuis 2019, il a décidé de se lancer seul à son compte et de s’investir davantage dans des projets culturels artistiques. Il a notamment pu collaborer avec de grands noms tels que Mitsou, Julie Perreault, André Sauvé, France Castel...  

À ses débuts de carrière, l’artiste tisse des liens avec la communauté politique et artistique. C’est son amie photographe Andréanne Gauthier qui l’amène à prendre sa place. Il se fait remarquer rapidement et prend son envol. Le réalisateur a la chance de se faire des contacts.   

De fil en aiguille, on lui a confié de plus en plus de contrats. L’artiste attribue son succès à beaucoup de travail et une part de chance. 

« Mes collaborations avec L’Espace culturel à Repentigny m’ont ouvert bien des portes. », exprime-t-il. 

C’est de cette façon qu’il a découvert le Théâtre Advienne que Pourra et fait la rencontre de l’enseignant de l’école secondaire Du Coteau de Mascouche, Christophe Surget. Le projet de court-métrage documentaire est venu par la suite. La pandémie a quelque peu accéléré le processus. 

« J’étais super excité de faire ça. Du documentaire, j’en mange. J’adore faire ça. », dévoile-t-il. Ce dernier affirme apprendre de toutes ses rencontres et se sent nourri par les personnes qui trace sa route.

« J’avais assez de matériel. Les jeunes filles participantes m’avaient donné des témoignages saisissants remplis d’authenticité. J’ai réussi à pondre un film. », partage-t-il. 

La culture et ses richesses 

Fragments de réalité – L’art de cultiver son âme met en lumière le fait que la culture et l’art permettent un développement, puis sont bénéfiques pour le bien-être tout au long de la vie. À travers le court documentaire, l’artiste présente le cours Exploration culturelle, qui n’est pas offert dans les autres écoles.  

Par le biais de témoignages, les élèves partagent leurs impressions sur l’importance de la culture au cœur de l’enseignement. 

« Les participantes sont en cinquième secondaire. Elles iront au cégep ou seront plongées dans la vie professionnelle. L’idée est de savoir comment ce cours les accompagnera et les aidera dans leur vie. », ajoute-t-il.  

C’est l’enseignant Christophe Surget qui connaissait déjà le metteur en scène et membre fondateur du TAQP, Frédéric Bélanger. Ceux-ci avaient déjà œuvré ensemble, puisque M. Bélanger faisait de la médiation culturelle dans les cours de M. Surget.

L’initiative de créer un documentaire sur l’importance de la culture au secondaire avait été soulevée auparavant. Le réalisateur a reçu cette opportunité et a décidé de plonger dans cette aventure en ayant carte blanche pour concevoir le film.

M. Dupuis a même eu l’occasion de recevoir différentes confidences, qui l’ont touché droit au cœur. 

« Ça m’a rempli d’espoir pour les prochaines générations et l’avenir. Parfois, on juge les jeunes. Le projet m’a ouvert les yeux sur leurs capacités et leur intelligence. », souligne-t-il.  

Sur le terrain 

Pour Lawrence Dupuis, l’important était d’être présent avec les jeunes filles qui sont inscrites à l’option Exploration culturelle et de les suivre lors de leurs sorties culturelles avec leur enseignant. Le réalisateur souhaitait mieux les connaître et prendre des photos authentiques, afin de créer des liens avec elles. Ouvertes, les élèves se sont livrées sans barrière à M. Dupuis.

« Pleins d’étudiantes m’ont dit que si elles n’avaient pas eu ce cours, elles n’auraient pas parler avec une telle. Elles seraient restées dans leur coin. », confie-t-il. Elles se sont rapprochées et ont créé des liens ensemble. Le cours et les activités leur ont permis de partager des points communs, de s’ouvrir et de se parler. Le court documentaire se veut lumineux.

Montage et production  

La pandémie n’a pas arrêté le cinéaste d’entamer des projets. Au contraire, il a continué de travailler et a réalisé d’autres initiatives avec le TAQP. Il a eu la chance d’aller tourner dans les Caraïbes. Pour le futur, l’artiste visuel souhaiterait faire d’autres contrats artistiques de projections.

M. Dupuis a eu l’occasion de faire une projection architecturale présentée sur l’église de la Purification, dans le cadre du 350e de la Ville de Repentigny.

« Il a quelque chose qui m’intéresse beaucoup. Le fait de me rapprocher de mon art, tout en m’éloignant du documentaire, mais en gardant ce que j’ai appris pour raconter des histoires m’interpelle. », raconte-t-il.

Lawrence Dupuis fait aussi partie de la brigade artistique pour Art porte-à-porte lancée par la Ville et l’Espace culturel de Repentigny. Il a pour mandat de présenter une projection extérieure qui se retrouvera où sont situés le Centre d’art Diane-Dufresne et le parvis du Théâtre Alphonse-Desjardins. Elle mettra l’accent sur les liens intergénérationnels de la communauté de Repentigny.

En parallèle, le passionné aura l’opportunité de transmettre ses connaissances à des jeunes. Il entamera un autre projet avec Christophe Surget. M. Dupuis a reçu une bourse du Conseil des arts du Québec pour une portion de médiation culturelle.

D’autres pourparlers sont sur la table pour que l’artiste puisse réaliser un projet similaire avec d’autres jeunes de la région et la culture. Côté professionnel, des contrats publicitaires occupent son temps. Avec son approche documentaire, Lawrence Dupuis aimerait travailler avec des photographes qui concentrent leurs énergies sur la mode.

« Je m’en vais dans toutes les directions. Je me rends compte que je fais beaucoup de choses. Je me suis déjà fait dire dans le passé que ça pourrait être dangereux, car on peut se perdre. Je vois ça comme un plus. », termine-t-il.  

Plusieurs projets documentaires occuperont son temps d’ici les prochaines semaines. « Fragments de réalité – L’art de cultiver son âme », réalisé par Lawrence Dupuis et produit par le Théâtre Advienne que pourra est disponible sur la chaîne YouTube du Théâtre Advienne que pourra et ses réseaux sociaux.

Ce projet a été réalisé grâce à l’aide du Créalab de Repentigny et la contribution financière du Comité culturel du Centre de services scolaires des Affluents. Les organismes et les diffuseurs participants au projet sont le Créalab de Repentigny, Le Théâtre Jean-Duceppe et Le Théâtre du Nouveau Monde.

En bref

Le Théâtre Advienne que pourra initie depuis quinze ans une rencontre inspirante entre le théâtre et la littérature. C’est grâce à des équipes artistiques que les horizons culturels des jeunes et moins jeunes sont enrichis.

C’est à travers chaque spectacle, chaque atelier et chaque rencontre qu’une porte s’ouvre sur une expérience théâtrale accessible et féconde. Frédéric Bélanger et Sarah Balleux sont les membres fondateurs.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média