Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections fédérales 2021

Retour

05 septembre 2021

Communiqué Express Montcalm - redactionmontcalm@lexismedia.ca

Il y a urgence d’agir en santé, clame Luc Thériault

Élections fédérales 2021

Luc Thériault

©Photo gracieuseté

Le député sortant dans Montcalm, Luc Thériault, s’exprime sur les enjeux de la présente campagne en matière de santé.

Le candidat bloquiste dans Montcalm, Luc Thériault, demande aux autres partis d’accepter l’urgence d’augmenter sans condition les transferts en santé, tel que demandé par le front commun du Québec et les autres provinces.

 

Selon monsieur Thériault, « pour sortir de la pandémie, ça devrait être l’enjeu principal de cette campagne électorale. Il faut penser aux patients non-covid en attente ».

M. Thériault déplore le fait que le Bloc Québécois soit le parti politique fédérale à porter le consensus de l’Assemblée nationale du Québec en santé. « Ni les libéraux ni les conservateurs ne se sont levés pour appuyer les revendications du Québec afin d’augmenter à 35% les transferts en santé. Justin Trudeau veut négocier après la pandémie… mais c’est quand après exactement?  O’Toole veut corriger la coupure faite par le précédent gouvernement conservateur en rétablissant à 6% par année l’indexation des transferts en santé. C’est trop peu, trop tard », souligne le député sortant.

Aide médicale à mourir

Sur le plan de la santé, Luc Thériault estime que la demande anticipée d’aide médicale à mourir pour les patients souffrant d’une maladie dégénérative neurocognitive telle que la démence ou la maladie d’Alzheimer soit un enjeu crucial de la présente campagne. Les patients devraient pouvoir être en mesure de formuler une demande alors qu’ils sont encore aptes à le faire.

« Pour les gens qui souffrent, il est urgent de travailler là-dessus de façon non partisane. On n’a pas réussi à le faire avant l’élection parce que les libéraux se sont traîné les pieds et que les conservateurs ont boycotté nos travaux.  Erin O’Toole a voté contre le libre choix des mourants. Il oppose la liberté de conscience du médecin qui ne veut pas pratiquer l’aide médicale à mourir, à la décision libre et éclairée d’un patient qui souffre. Une telle position va à l’encontre du code de déontologie du collège des médecins du Québec », conclut Luc Thériault.

Commentaires

6 septembre 2021

Jean-Pierre Fillion

Bravo Luc Thériault. Je veux quitter ma vie humaine avant qu'elle ne me quitte. La vie humaine est ce qui nous distingue, nous les humains, des autres espèces animales. Certes comme ces dernières nous sommes capables entre autres de nous déplacer, de manger, de nous nettoyer, de reconnaître nos proches, de nous reproduire, d'avoir peur et d'avoir mal. Mais tellement plus. Nous sommes capables d'aimer d'amour, d'inventer des outils élaborés, de concevoir et d'admirer des réalisations artistiques, d'imaginer des dieux (et de leur consacrer notre vie) etc. etc. Surtout, nous sommes capables "d'élaborer mentalement des scénarios" et "d'échanger nos pensées avec autrui" (https://www.cerveauetpsycho.fr/sd/cognition/qu-est-ce-qui-nous-distingue-des-animaux-15876.php). D'un point de vue biologique ou psychologique, un humain dépossédé de sa vie humaine est réduit à un état strictement animal. C'est triste à admettre mais c'est une trop réelle vérité que plusieurs refusent de reconnaître et d'accepter, autant pour eux que pour les autres. Dans le cas d'une maladie neurodégénérative cognitive, les facultés humaines nous quittent peu à peu, à tel point que nous perdons non seulement ce qui nous distingue des autres espèces animales mais même ce que nous avions en commun avec elles, sauf bien entendu la peur et la douleur. Est-ce qu'on peut toujours appeler ça une vie humaine? On ne peut même pas appeler ça une vie de chien, qui lui reconnaît toujours ses maîtres et ses voisins, est capable de manger seul et de se déplacer seul! Comme humain je peux donner un sens à ma vie (humaine). Je peux aussi donner un sens à ma fin de vie (humaine). Alors avant de devenir un simple animal, ou pire un végétal, je veux quitter ma vie humaine avant qu'elle ne me quitte.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média