Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

03 novembre 2021

Mélissa Gaudreault - mgaudreault@lexismedia.ca

La députée Monique Pauzé dénonce l’intervention du fédéral dans les affaires du provincial

Champ de compétences

Monique Pauzé

©Mélissa Gaudreault - Hebdo Rive Nord

Monique Pauzé souhaite la séparation des pouvoirs du gouvernement provincial et fédéral.

La porte-parole en matière d’Environnement du Bloc Québécois, Monique Pauzé, s’inquiète de voir que la première sortie du nouveau ministre de l’Environnement, Steven Guilbeault sera une évaluation environnementale fédérale sur le troisième lien, un projet d’infrastructure du gouvernement du Québec.

Selon la députée, l’annonce du ministre Guilbeault montre son manque de confiance envers des institutions reconnues et renommées comme le Bureau d’audiences publiques en environnement qui a toutes les compétences nécessaires pour mener à bien les études requises.

« Le Québec possède l’un des meilleurs systèmes d’évaluation environnementale au monde insiste Monique Pauzé. La procédure du ministère québécois de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, conjuguée à l’expertise et au mandat du Bureau d’audiences publiques en environnement, permettent depuis 40 ans d’apprécier rigoureusement l’acceptabilité sociale et environnementale des projets de développement sur le territoire québécois. »

Elle est d’avis que le gouvernement fédéral ne doit pas s’immiscer dans l’évaluation environnementale des projets en sol québécois, car cela entrainerait une double évaluation inutile qui causerait une perte d’argent et de temps.

« Il revient à Québec d’aller chercher l’acceptabilité sociale de son projet, de mener les consultations et de faire les évaluations environnementales, affirme Monique Pauzé. Le rôle du fédéral est d’octroyer le financement nécessaire à la réalisation des projets d’infrastructures dûment autorisés et choisis par Québec. Les Québécoises et Québécois méritent d’avoir le dernier mot quand il est question de projets qui touchent notre environnement et l’aménagement de notre territoire. »

Le rôle du gouvernement fédéral

C’est dans cette optique que le Bloc Québécois compte redéposer le projet de loi C-225 qui forcerait le gouvernement fédéral, avant de pouvoir autoriser une activité ou une infrastructure, à s’assurer qu’il respecte les lois des provinces et les règlements municipaux.

Monique Pauzé constate que le nouveau ministre de l’Environnement a choisi de détourner l’attention du bilan environnemental de son gouvernement, qui est loin de répondre aux besoins environnementaux, à la veille de la COP26.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média