Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

08 décembre 2021

Mélissa Gaudreault - mgaudreault@lexismedia.ca

Le désengagement policier est présent au Québec

Comprendre le phénomène

policiers

©archives - Hebdo Rive Nord

Le désengagement policier est un phénomène peu connu et peu compris, mais bien présent au Québec.

Selon une étude réalisée par le Centre de recherche et de développement stratégique de l’École nationale de police du Québec, le désengagement policier serait bien présent au Québec.

Le désengagement policier est ce phénomène qui mène des policiers à se retirer de certaines interventions ou à s’abstenir complètement d’intervenir alors qu’ils auraient dû intervenir.

Démotivation, découragement, baisse d’attachement et d’intérêt à la profession, démobilisation et indifférence sont parmi les états d’esprit évoqués par les policiers qui ont participé à l’étude. Ces états d’esprit se traduiraient par une baisse des efforts et de l’implication au travail, l’hésitation à intervenir qui mène parfois à ne pas intervenir du tout et à « regarder à gauche quand ça se passe à droite ».

Les cinq principales causes du désengagement policier :

Publicité

Défiler pour continuer

  1.  Les craintes de répercussions ou de conséquences ;
  2.  Les critiques du public et la méconnaissance du métier de policier ;
  3.  Le manque de soutien organisationnel ;
  4.  Le sensationnalisme médiatique ;
  5.  La perception du sentiment d’injustice.

L’étude

Débutée en janvier 2021, cette étude a comme objectifs de documenter l’existence du phénomène de désengagement policier au Québec et d’en identifier les causes.

Un appel a été lancé à tous les policiers québécois afin de recruter des participants. 186 policiers québécois ont répondu à l’appel et 21 d’entre eux ont été choisis aléatoirement pour des entrevues.

Dès janvier 2022, un questionnaire en ligne sera lancé auprès de la communauté policière québécoise afin de valider les grands constats obtenus lors de la première phase de l’étude.

Selon les conclusions de l’étude, l’École nationale de police du Québec bonifiera son offre de formations de façon à sensibiliser à l’existence du phénomène, à mettre en place des stratégies de prévention et à développer une approche de soutien aux gestionnaires.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média