Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

26 janvier 2022

Pierre Chartier - pchartier@lexismedia.ca

Offensive pour attirer du personnel dans le domaine de l'éducation

Opération main-d'œuvre

Enseignant

©Photo-archives

:. Afin d'assurer une plus grande stabilité et de favoriser la rétention des enseignants, des contrats à temps partiel pourront être accordés à des enseignants qualifiés.

Afin de répondre aux besoins de main-d'œuvre dans le réseau de l'éducation, le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, ainsi que le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, ministre de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration Jean Boulet, ont annoncé différentes mesures visant à attirer, à former et à requalifier un plus grand nombre de ressources d'ici 2026. Ces actions s'ajoutent à celles déjà annoncées au cours des dernières semaines dans le cadre de l'Opération main-d'œuvre.

Dans le but d'attirer du personnel d'expérience dans le réseau scolaire, le gouvernement confirme qu'il souhaite pérenniser l'incitatif financier mis en place le 21 septembre 2020 dans le contexte de la pandémie, afin de favoriser un retour à l'enseignement du personnel retraité.

Ainsi, les enseignants ayant pris leur retraite sont désormais rémunérés selon l'échelle salariale qui prévalait lors de leur départ, et ce, dès leur premier jour de suppléance. Concrètement, un enseignant récemment retraité pourrait toucher, près du double de la rémunération maximale habituelle, soit une rémunération quotidienne maximale d'environ 412 $, comparativement au taux maximal habituel de 212,15 $, sans pénalité sur ses prestations de retraite.

Afin d'assurer une plus grande stabilité et de favoriser la rétention des enseignants, des contrats à temps partiel pourront être accordés à des enseignants qualifiés ou détenteurs d'une tolérance d'engagement, leur permettant de cumuler des tâches de remplacement et de suppléance jusqu'à concurrence d'une pleine tâche. Cette mesure facilitera notamment les remplacements d'enseignants titulaires en cours d'année. Elle a aussi pour objectif de rendre la profession enseignante plus attrayante, particulièrement chez les jeunes enseignants, qui composent principalement le groupe de suppléants occasionnels.

En prévision de la rentrée scolaire 2022-2023, le gouvernement souhaite aussi accélérer le processus d'affectation du personnel enseignant afin de pourvoir un maximum de postes avant le 1er juillet et ainsi favoriser la rétention et la stabilité de ce personnel. En ce sens, le ministre de l'Éducation a fait parvenir au réseau une directive ministérielle afin d'inciter les intervenants locaux à devancer leurs séances d'affectation, ce qui permettra aux enseignants de connaître leur poste à l'avance en vue de la prochaine rentrée. Des discussions sont également en cours avec les organisations syndicales.

Puisque les besoins en main-d'œuvre sont aussi très importants du côté des services de garde en milieu scolaire, le gouvernement investira 22,6 millions de dollars sur cinq ans pour mettre en œuvre différentes actions afin de former davantage d'éducatrices et d'éducateurs. Par exemple, la formation en ligne sera encouragée de façon que les éducatrices et éducateurs déjà en emploi puissent compléter une attestation d'études professionnelles (AEP). Le réseau sera aussi soutenu pour le développement et la mise en œuvre de l'apprentissage accru en milieu de travail.

Une offre de services de francisation à visée professionnelle sera également élaborée afin de permettre aux futurs éducateurs et éducatrices récemment immigrés d'acquérir plus rapidement le lexique propre à ce métier et d'améliorer leurs compétences en communication orale dans un contexte d'intervention en milieu scolaire.

De plus, le gouvernement fera la promotion de la démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) pour faciliter l'accès à la qualification pour les personnes ayant acquis de l'expérience dans le domaine, que ce soit au Québec ou à l'étranger. Ce mécanisme est déjà disponible pour les organismes scolaires et une offre de service est déployée dans la majorité des régions. 

Ces mesures sont utilisées en complémentarité avec les mesures-phares de l'Opération main-d'œuvre, comme les bourses Perspective Québec et le soutien bonifié aux personnes sans emploi offert par le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, qui permettent aux personnes intéressées de suivre des formations universitaires dans des domaines comme l'éducation et, selon certaines conditions, de recevoir une allocation de 475 $ par semaine pour la durée de leur formation.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média