Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

26 février 2022

Pierre Chartier - pchartier@lexismedia.ca

Plus d'effectifs au sein des corps policiers pour prévenir les féminicides

Violence conjugale

violence

©Photo-archives

Ces sommes permettront de mettre en œuvre des initiatives concrètes au sein des corps de police de L'Assomption/Saint-Sulpice, de Repentigny.

La vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale,  Geneviève Guilbault, poursuit son travail afin de lutter plus efficacement contre la violence conjugale et les féminicides. Elle octroie de l'aide financière à onze corps de police municipaux pour l'ajout d'effectifs spécialisés en la matière.

Ces investissements visent notamment à améliorer la prise en charge et l'accompagnement des victimes par les policiers et à rehausser la surveillance des personnes reconnues coupables de violence conjugale à toutes les étapes du continuum d'intervention.

Les contributions financières du gouvernement totalisent 3 114 124 $ sur trois ans. Ces sommes permettront de mettre en œuvre, au sein des corps de police de L'Assomption/Saint-Sulpice, de Blainville, de Bromont, de Châteauguay, de Mascouche, de Mercier, de Repentigny, de Saint-Jean-sur-Richelieu, de Thetford Mines, de la Régie de police de Memphrémagog et de la Régie de police du Lac des Deux-Montagnes, des actions prioritaires pour lutter contre la violence conjugale et prévenir les féminicides.

« Que ce soit par l'implantation des bracelets antirapprochements partout au Québec d'ici la fin de 2023, ou par l'ajout d'effectifs au sein de nos corps policiers, notre objectif est clair : sauver des vies. Celles des femmes victimes de violence et de leurs enfants. Les montants annoncés s'ajoutent à ceux de l'an dernier. Ils vont se traduire par une augmentation considérable des services offerts pour protéger les victimes de violence conjugale, par l'embauche de travailleurs sociaux qui accompagneront nos policiers et les victimes, ou d'enquêteurs spécialisés en violence conjugale, par exemple. »-Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique.

« Après avoir investi plus de 500 millions de dollars pour lutter contre la violence conjugale et les féminicides, nous poursuivons notre lutte acharnée contre ce fléau qui a déjà fait trop de ravages. Grâce à ces nouveaux investissements, de nombreux corps policiers seront mieux outillés pour accompagner les victimes et pour se concerter avec les partenaires. » -Isabelle Charest, ministre déléguée à l'Éducation et ministre responsable de la Condition féminine.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média