Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

07 décembre 2023

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@medialo.ca

Rémunération des stages : Le dossier chemine, selon la ministre Déry

Différents scénarios à l’étude

Pascale Déry

©Photo Marie-Christine Gaudreau

Pascale Déry, députée de Repentigny et ministre de l’Enseignement supérieur.

Interpellée par l’Hebdo Rive Nord à la suite d’une sortie publique de l’association étudiante du Cégep de Lanaudière à l’Assomption réclamant la rémunération de tous les stages, la députée de Repentigny et ministre de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry, a assuré que le dossier figurait toujours parmi les priorités et que plusieurs ministères étaient actuellement au travail afin d’apporter des solutions permanentes à cet enjeu.  

« C’est un chantier complexe qui nécessite un effort concerté entre le ministère de la Santé et des Services sociaux, le ministère de l’Éducation et le ministère de l’Enseignement supérieur. Nous travaillons sur différents scénarios », a expliqué la ministre Pascale Déry, en lien avec le délai écoulé depuis la prise en charge du dossier. S’il est encore trop tôt pour s’avancer quant à la nature de ces scénarios ainsi que sur l’échéancier de ces travaux, l’élue soutient que le dossier chemine bien et qu’elle est en contact régulier avec les associations étudiantes afin de les tenir informer des avancées.

Néanmoins, les pistes actuellement étudiées ne répondraient que partiellement à la demande des étudiants. Plutôt qu’une rémunération globale de tous les stages, le gouvernement étudierait la possibilité de rémunérer certains stages ciblés du secteur public seulement. Les secteurs de la santé et de l’éducation pourraient bien en faire partie. Cependant, aucun domaine n’a encore été défini de manière officielle. Prudente, la ministre souligne : « Ce sera la première fois qu’on procédera à la rémunération de certains stages dans le secteur public, donc je pense qu’il faut faire les choses dans l’ordre, pour bien les faire, car ce seront des mesures qui seront là pour rester. »

Une mesure nécessaire

Malgré la complexité de la démarche, Mme Déry persiste et signe quant à l’importance qu’elle lui accorde. « Aujourd’hui, on est rendu là. Dans le secteur public, quand les étudiants arrivent dans les derniers milles de leur parcours académique, où ils font du 40 heures par semaine à donner des services à la population, je pense qu’on se doit de les rémunérer ou de leur donner une certaine forme de compensation financière. »

Dans l’intervalle, celle-ci rappelle que plusieurs mesures ont déjà été déployées pour soutenir et accompagner les étudiants dans leur cheminement scolaire, que ce soit au cégep ou à l’université. Entre autres, les bourses Perspective Québec proposent des incitatifs financiers aux étudiants de niveau collégial et universitaire qui s’engagent dans certains programmes d’études ciblés, notamment en raison de la pénurie de main-d’œuvre observée.

« On fait le maximum pour soutenir les étudiants. Pour qu’ils soient capables de poursuivre leur formation sachant très bien qu’il y a la hausse du coût de la vie, sachant très bien qu’il y a l’inflation. Le contexte actuel est difficile, j’en suis consciente. »

Formations accélérées, bonification de l’aide financière aux études et investissements dans le logement étudiant abordable; la rémunération de certains stages deviendra à terme une mesure complémentaire pour encourager les jeunes et moins jeunes à s’orienter vers des secteurs en demande, selon Pascale Déry. En attendant sa concrétisation, des étudiants claquent la porte de métiers qu’ils n'ont encore jamais exercés, dit-on dans les associations étudiantes. « Je les encourage à rester, répond Mme Déry. On va continuer à les soutenir. C’est une réalité qu’il faut corriger. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média