Sections

Une histoire d’amour comme dans le bon vieux temps

Première partie du journal de Michelle Le Normand


Publié le 7 janvier 2018

Georges Aubin, compilateur de correspondance, et Yolande Gingras, des Éidtions Point du jour, procédaient au lancement du livre de Michelle Le Normand en décembre dernier.

©Photo Hebdo Rive Nord - Stéphane Grégoire

LITTÉRATURE. Native de L’Assomption, Michelle Le Normand (1893-1964) recommence à faire parler d’elle aujourd’hui, notamment dans les universités, par sa correspondance avec son époux, Léo-Paul Desrosiers. Fasciné par son écriture intense et engagée, Georges Aubin reprend ses écrits et présente Premières amours, aux Éditions Point du jour, la première partie de son journal, de 1909 à 1921.

À travers ce recueil, le lecteur rencontre ces hommes qui ont fait battre le cœur de Michelle Le Normand; ce poète, cet étudiant en droit… puis Léo-Paul, que la jeune femme épouse en juin 1922.

L’auteure témoigne également de ses amitiés, avec ses cousines et amies et raconte ses expériences en tant que chroniqueuse pour Le Devoir. Elle transporte également le public à travers ses voyages d’études en France et en Italie.

M. Aubin procédait au lancement officiel du roman nulle part ailleurs qu’à la salle Michelle-Le Normand, à la bibliothèque Christian-Roy, à L’Assomption. Famille, amis et amateurs de littérature y étaient réunis.
Photo Hebdo Rive Nord - Stéphane Grégoire

«Cette première partie de son journal respire la jeunesse éternelle d’une Québécoise profondément nationaliste qui s’interroge sur l’avenir et cherche des réponses dans ses pratiques religieuses et diverses lectures», souligne Georges Aubin, compilateur de correspondance, également résident de L’Assomption.

Lancement officiel

M. Aubin procédait au lancement officiel du roman nulle part ailleurs qu’à la salle Michelle-Le Normand, à la bibliothèque Christian-Roy, à L’Assomption. Famille, amis et amateurs de littérature y étaient réunis.
Photo Hebdo Rive Nord - Stéphane Grégoire

M. Aubin procédait au lancement officiel du roman le 10 décembre dernier, nulle part ailleurs qu’à la salle Michelle-Le Normand, à la bibliothèque Christian-Roy, à L’Assomption. Famille, amis et amateurs de littérature y étaient réunis.