Inauguration émouvante au Collège Saint-Jean-Vianney

Ouverture du Stade de soccer Antony-Carola

Thierry Bourdeau
Publié le 10 septembre 2010

L’émotion était au rendez-vous lors de l’inauguration du Stade de soccer Antony-Carola, effectuée mardi au nouveau Centre sportif et culturel du Collège Saint-Jean-Vianney. Plus de 150 convives ont assisté au déroulement particulier de cette journée rendant hommage à un ancien élève du collège, qui a laissé sa marque avant de quitter ce monde, il y a plus de quatre ans.

Annoncé l’été dernier, le projet d’aménagement du Stade de soccer Antony-Carola, estimé à 13,5 M$, pourra combler une demande accrue dans l’est métropolitain. Le Collège Saint-Jean-Vianney est dorénavant une référence pour ses infrastructures sportives. En plus de son stade de soccer, on y retrouve deux autres terrains synthétiques à l’extérieur, deux terrains de volleyball de plage et un terrain de basketball. C’est sans compter la présence d’un terrain de football synthétique aménagé l’an dernier, trois gymnases, une salle de musculation et un aréna. Un environnement pour tous les goûts.

« Le but était de créer un centre multisports où tu peux trouver tout ce que tu veux, affirme Yves Lacroix, directeur général du Centre sportif et culturel. Nous voulons en faire un pôle de l’activité physique à Montréal. »

 

Rappelons que le gouvernement du Québec, par l’entremise du Fonds pour le développement du sport et de l’activité physique, a investi 3 M$ pour la construction du stade de soccer. Le Centre sportif et culturel a assumé l’autre partie des coûts (10,5 M$).

Des invités touchés

Si la famille d’Antony Carola avait peine à retenir ses larmes lors de l’inauguration du stade en l’honneur de leur défunt fils, c’était la même histoire pour le maître de cérémonie, Rodger Brulotte. Ce dernier a connu Antony tout au long de sa maladie (un cancer qui l’a emporté le 19 avril 2006).

« Habituellement, mes émotions ne sortent pas, raconte un Rodger Brulotte ému. Pourtant, c’est un simple petit gars. Mais son histoire, c’est lui: son désir de vivre, sa passion et son exemple à suivre. »

 

Parmi les invités de marque, on note principalement la présence de l’ancien voltigeur des Expos de Montréal, Rondell White. Ce dernier s’est déplacé de la Géorgie, aux États-Unis, pour assister à l’inauguration du stade en l’honneur d’Antony Carola. C’était d’ailleurs la première fois qu’il mettait les pieds à Montréal depuis que les Expos l’avaient échangé aux Cubs de Chicago, en juillet 2000. « J’ai connu Antony grâce à la Caravane Expos qui se promenait dans les hôpitaux. Nous avons gardé contact par la suite », raconte-t-il.

 

Avant que le jeune homme ne décède, Rondell White a rencontré de nouveau celui qu’il qualifie de son « petit frère », à Toronto. « C’est à ce moment qu’il m’a donné un bracelet que je porte toujours depuis ce temps. Cet enfant a touché mon âme. J’ai même nommé mon fils Rondell Antony en son honneur. »

 

L’ancien défenseur des Canadiens de Montréal, Patrice Brisebois, était également du rendez-vous. « Je connais bien le père d’Antony (Luigi) et lorsque j’ai eu l’invitation, elle n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Je ne dis jamais non quand j’ai la chance de supporter une cause comme celle-ci. »

Immortalisé

Pour souligner l’ouverture officielle du stade de soccer, la troupe de cheerleading du Collège Saint-Jean-Vianney a offert une prestation afin de rendre hommage à Antony Carola. Or, le point culminant de cette matinée du 31 août est survenu lors du dévoilement d’une statue de bronze érigée à l’effigie d’Antony, située à l’entrée du Centre sportif et culturel.

« Ça me touche énormément, c’est une journée très spéciale pour ma famille, a dit Luigi Carola. Antony a touché beaucoup de monde. »

 

Tony Tomassi, député de LaFontaine, Nicole Léger, députée de Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles, et bien d’autres personnalités du milieu ont tenu à souligner cette inauguration bien particulière.