Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

19 novembre 2021

Mélissa Gaudreault - mgaudreault@lexismedia.ca

Pourquoi est-ce qu’il devrait y avoir un salon du livre dans la région de Lanaudière ?

L’importance pour la communauté

Salon du livre Lanaudière

©Pixabay - Hebdo Rive Nord

La tenue d’un salon du livre dans Lanaudière serait difficile, mais bénéfique pour la région.

Depuis déjà plusieurs semaines, de nombreuses villes tiennent leur salon du livre. Ce n’est pas le cas dans la région de Lanaudière, où les salons du livre sont absents. Il est pertinent de se questionner sur l’organisation et l’utilité d’un salon du livre afin de comprendre la raison pour laquelle il n’en a pas dans la région et pourquoi est-ce qu’il devrait y en avoir un.  

Avant de se demander pourquoi il devrait en avoir un, il faut d’abord comprendre l’organisation d’un tel événement et voir s’il n’y en a pas eu auparavant. Andrée Saint-Georges, directrice générale de l’organisme Culture Lanaudière, explique que la région a déjà tenu des événements littéraires. Il y avait un salon du livre dans Lanaudière de 2000 à 2003, qui a ensuite été remplacé par « la quinzaine du livre », puis par « le printemps du livre ».

Le problème n’est pas le manque de volonté de la région d’organiser ce type d’événement, mais de trouver une date qui convienne à tous les auteurs et les frais importants que cela engendre. Ainsi, ce n’est pas toutes les régions qui peuvent se le permettre, du moins pas sans aide extérieure, et les potentiels partenaires pourraient être réticents à y contribuer en raison du risque financier qu’un tel événement représente. Il faut donc se questionner sur l’intérêt des gens à participer à un salon du livre dans la région et mesurer l’impact que cela pourrait avoir sur la communauté, commente Mme Saint-Georges. Par ailleurs, ce n’est pas à une ville de l’organiser, mais plutôt aux acteurs de la chaîne du livre (ex. : librairies, bibliothèques, éditeurs, etc.), d’après le Service des communications de la Ville de Repentigny.

La visée culturelle

L’une des visées des salons du livre est commerciale, parce qu’il permet aux auteurs de vendre leurs livres, mais ce n’est pas la seule visée de ce type d’événement.

Outre la visée commerciale des salons du livre, il y a une visée culturelle. C’est une occasion pour les citoyens de découvrir les auteurs de la région de Lanaudière, la région elle-même et les institutions littéraires, affirme Chantal Brodeur, chef de division — bibliothèques publiques, Service des arts, de la culture et des lettres.

Les gens ne vont pas seulement dans les salons du livre pour acheter des livres, ils y vont aussi pour parler de culture, à travers diverses activités telles que des conférences et des ateliers. Le rôle des bibliothèques publiques est alors de construire une programmation d’activités en lien avec la littérature pour les citoyens et plus globalement de leur faire découvrir la lecture et leur donner l’envie de lire. Dans la même optique, tenir un salon du livre dans la région permet aux acteurs du milieu littéraire de se réunir et de présenter notamment leurs nouveautés, d’après Martin Granger, propriétaire de la Librairie Raffin à Repentigny. C’est donc une occasion de faire la promotion des auteurs locaux partout au Québec et de donner la chance au public d’échanger avec leurs auteurs préférés.

La visée sociale

Les salons du livre peuvent également avoir un impact social. En effet, selon Pascale Bédard, professeure agrégée au Département de sociologie de l’Université Laval, les salons du livre permettent de donner une place à la littérature dans l’espace public, chose nécessaire pour la société selon elle.

« La littérature et les arts sont une façon de “dialoguer” socialement autour d’enjeux divers […] soit dans la sphère des affaires publiques (politiques, enjeux de société, débats collectifs, etc.), mais aussi dans la sphère privée : en effet, les romans, la poésie et les essais proposent aux […] lecteurs des histoires ou des réflexions qui [leur] permettent de se comprendre eux-mêmes ! » - Pascale Bédard

Pour conclure, organiser un salon du livre est une opération très complexe qui requiert la collaboration de plusieurs acteurs et qui représente un certain risque financier. Il est difficile d’affirmer avec certitude s’il y aura de nouveau un salon du livre dans la région de Lanaudière, mais ce n’est pas la volonté qui manque et ce type d’événement aurait un important impact pour la communauté.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média