Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

23 mai 2022

Mélissa Gaudreault - mgaudreault@lexismedia.ca

L’espérance de vie au Québec revient à son niveau prépandémique

Remontée de l’espérance de vie

Aînés

©Photo archives Hebdo Rive Nord - Hebdo Rive Nord

L'espérance de vie du Québec remonte après avoir subi une baisse dans les deux dernières années.

Après avoir subi une importante baisse en 2020, l'espérance de vie de la population québécoise atteint 83,0 ans en 2021. Celle-ci était de 82,9 ans en 2019 et a baissé à 82,3 ans en 2020. Selon les conditions de mortalité de 2021, la durée de vie moyenne s'établit à 81,1 ans chez les hommes et à 84,9 ans chez les femmes. Ces résultats font partie du bulletin La mortalité et l'espérance de vie au Québec en 2021, publié récemment par l'Institut de la statistique du Québec.

Contrairement à ce qui s'observe au Québec, l'espérance de vie de 2021 n'est pas revenue au niveau de 2019 dans la majorité des pays. Avant la pandémie, on observait déjà un léger ralentissement de la croissance de l'espérance de vie au Québec, mais il était plus marqué ailleurs au Canada et aux États-Unis. L'écart avec les États-Unis, qui était d'environ deux ans en 2001, est passé à quatre ans en 2019 et à six ans aux États-Unis, selon l'estimation provisoire de 2021.

Une surmortalité au Québec depuis le début de la pandémie

Les différentes autorités ne comptabilisant pas les causes de décès liées à la COVID-19 de la même façon, l'analyse de la surmortalité permet la meilleure comparaison des conséquences de la pandémie. Cette approche compare le nombre de décès normalement attendu à celui réellement observé et permet de constater que la surmortalité s'établit à 4,5 % au Québec entre le début de la pandémie et le 12 mars 2022, soit environ 6 400 décès de plus qu'attendu. Cette surmortalité est inférieure au nombre de décès liés à la COVID-19 qui ont été rapportés pour la même période. Ce résultat s'explique par le fait que les décès supplémentaires liés à la COVID-19 ont été compensés par un devancement de certains décès en 2020 et par l'effet de certaines mesures sanitaires qui ont fait diminuer la mortalité liée à d'autres causes.

Publicité

Défiler pour continuer

Ailleurs dans le monde, quelques pays ont réussi à éviter tout épisode de surmortalité pendant la pandémie, mais dans la majorité des cas, on enregistre une surmortalité et des baisses d'espérance de vie. On estime que la pandémie a engendré entre 14 et 24 millions de décès excédentaires à l'échelle mondiale. La surmortalité des États-Unis est supérieure à celui du Québec tandis que celui du reste du Canada, initialement inférieur à celui du Québec, s'en est rapproché et l'a surpassé en 2021.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média