Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

14 septembre 2023

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@medialo.ca

Le combat de Saint-Sulpice pour sécuriser la rue Notre-Dame

Traverses piétonnières

Traverse piétonnière

©Photo Depositphoto

Le flot de circulation de plus en plus important sur la route 138, à Saint-Sulpice, fait craindre pour la sécurité des usagers vulnérables.

Le dossier ne date pas d’hier. Depuis plusieurs années déjà, la municipalité de Saint-Sulpice a signifié son intérêt au ministère des Transports afin d’aménager des traverses piétonnières à certains endroits clés du secteur urbain longeant la rue Notre-Dame (route 138). Depuis, l’administration municipale ne cesse de se buter à des obstacles, mettant de jour en jour un peu plus à mal la sécurité des usagers vulnérables sur son territoire.

Questionné par des citoyens quant à la progression dans ce dossier lors de la séance du conseil municipal du mois d’août, le maire de Saint-Sulpice, Steve Mador, a vertement dénoncé la complexité des procédures pour parvenir à une conclusion satisfaisante. En effet, cela fait une dizaine d’années que le projet est dans l’air, sans jamais toutefois n’avoir pu aboutir.

À l’heure actuelle, ce sont deux traverses piétonnières qui sont demandées sur la route 138, à Saint-Sulpice. La première serait tracée devant l’école primaire, tandis que la seconde serait située à l’intersection de la rue Forest, lieu particulièrement fréquenté par les résidents qui souhaitent se rendre au bureau de poste ainsi qu’au centre communautaire.

Dédales administratifs

« En tant que petite municipalité, nous avons peu de ressources, a exprimé le maire. Nous n’avons pas nos propres ingénieurs, par exemple. » Ce manque d’expertise au sein de l’administration municipale, se désole-t-il, fait en sorte que le dossier piétine. En fait, le maire Mador s’explique mal qu’il n’y ait pas davantage de soutien offert par le ministère aux petites municipalités, qui se retrouvent bien souvent prises au dépourvu lorsqu’elles sont confrontées aux dédales administratifs. Études, analyses, croquis, plans; il peut être ardu de s’y retrouver. « Vous savez, à Saint-Sulpice, nous sommes tous des hommes et femmes-orchestres qui devons assumer de nombreux rôles à la fois », souligne M. Mador en entrevue avec le journal.

Malgré le dévouement et le bon vouloir de chacun, les citoyens, notamment les jeunes qui sont nombreux à circuler quotidiennement à pied et à vélo, doivent encore se passer d’un outil qui aurait un impact considérable sur leur sécurité.

Trop peu de piétons

« C’est dangereux ! » s’évertue à faire entendre M. Mador depuis son arrivée en poste, en 2021. Selon lui, aucune étude ne saurait démentir ce constat. Pourtant, les analyses réalisées par le ministère des Transports auraient conclu qu’il n’y avait pas suffisamment de trafic piétonnier près de l’école primaire pour justifier l’ajout d’une traverse piétonnière à cet endroit. Une réponse qui est loin de satisfaire l’élu, qui juge plutôt que chaque usager mérite de bénéficier d’un endroit sécuritaire pour traverser.

« Il y a un flot de circulation important en provenance de Lavaltrie, qui s’est beaucoup développé dans les dernières années », constate Steve Mador. Présent le matin de la rentrée scolaire, ce dernier a estimé à plus de 800, le nombre de véhicules à être passés devant l’école primaire aux Quatre-Vents, entre 7 h et 8 h seulement. 

D’ailleurs, la municipalité a dû faire appel au service de police afin d’assurer une rentrée sécuritaire à tous ses élèves et à leur famille. Chaque année, cette journée est marquée par un achalandage inhabituellement élevé de gens qui circulent à pied dans ce secteur. Cette situation se répète à plusieurs reprises durant l’année, notamment lors des rencontres de parents. Ces moments où cohabitent dangereusement une quantité importante de piétons et d’automobilistes en peu de temps devraient suffire à justifier une action de la part du ministère, espère faire entendre la municipalité.

Prochaines étapes

Dans l’espoir de faire accélérer le dossier, celle-ci demandera une nouvelle analyse au ministère à l’occasion de la rencontre de parents de début d’année, vers la fin septembre. « C’est ce qu’on nous a suggéré de faire », a expliqué le maire au journal, quelques jours après avoir obtenu une rencontre avec le ministère des Transports et de la Mobilité durable.

Ce moment d’échange avait pour but d’améliorer les canaux de communications entre les deux parties, de discuter des enjeux et de mieux comprendre les étapes à franchir pour amener ce dossier jusqu’au bout. « Les petites municipalités devraient pouvoir bénéficier de formations pour mieux s’orienter. Il n’est pas normal que nous ayons le même traitement que les grandes villes qui disposent des ressources et de l’expertise pour mener ces dossiers », croit M. Mador.

Maintenant, outre les analyses de circulation à demander, la municipalité de Saint-Sulpice devra avoir recours à des services d’ingénieurs pour faire produire les plans de ses futures traverses. À la suite de quoi, elle devra soumettre son dossier au ministère qui sera appelé à donner, ou non, son accord au projet.

À demi soulagé d’avoir finalement pu être mieux aiguillé sur la marche à suivre pour sortir de l’impasse, le maire de Saint-Sulpice laissera le temps au dossier de suivre son cours. « Nous avons fait beaucoup de vagues dernièrement pour obtenir des réponses et nous avons eu une très belle collaboration du bureau de notre députée, Pascale Déry, qui nous soutient dans nos démarches. Maintenant, reste à voir la suite des choses… » Bien que plusieurs étapes restent encore à franchir, une chose demeure certaine : cet enjeu prioritaire, Steve Mador entend le mener jusqu’au bout.

Commentaires

14 septembre 2023

yvon dumesnil

ca fait onze ans que j ai fait les demarches aupres de la municipalite j ai demande une resolution que j ai porte au ministere des transport et ce surtout a cause de la garderie et des citoyens qui veulent profiter de la beaute du chemin du bord de l eau .j ai meme fait circuler une petition de plus de 600 noms que j ai remis a la municipalite ca prends tellement de temps que les enfants de la garderie lors de ma demande original sont rendu au cegep

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média