Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

11 mai 2022

Mélissa Gaudreault - mgaudreault@lexismedia.ca

Adoption du projet de loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse

S’engager pour nos enfants

Journée de l'enfance

©Photo Hebdo Rive Nord archives - Hebdo Rive Nord

La nouvelle loi adoptée permet de mieux protéger et servir les intérêts des enfants ainsi que d’adapter les pratiques aux réalités contemporaines.

Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, annonce l'adoption du projet de loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse et d'autres dispositions législatives.

Le projet de loi n° 15 vient notamment répondre aux recommandations des différentes commissions d'enquête et aux rapports déposés au gouvernement sur la Loi sur la protection de la jeunesse (LPJ), ainsi qu'à plusieurs préoccupations exprimées lors des consultations particulières qui se sont tenues du 8 au 15 février 2022.

En plus d'introduire un préambule afin de guider l'interprétation de la Loi, les modifications apportées à la LPJ :

  • établissent clairement que l'intérêt de l'enfant est la considération primordiale dans toute décision prise à son endroit ;
  • clarifient plusieurs principes de la LPJ ainsi que les droits des enfants et les responsabilités des parents.

Le maintien de l'enfant dans son milieu familial doit être privilégié à condition que ce soit dans l'intérêt de l'enfant. L'importance de la participation de l'enfant et de ses parents aux décisions qui les concernent est réaffirmée ainsi que la responsabilité collective d'assurer la protection des enfants.

Plus d’explications

De plus, les modifications :

  • précisent le rôle et les responsabilités du Directeur national de la protection de la jeunesse dans le but, entre autres, d'assurer une meilleure harmonisation des pratiques cliniques en matière de protection de la jeunesse, partout au Québec ;
  • viennent assouplir les règles en matière de confidentialité afin :
    • de faciliter l'échange de renseignements entre le Directeur de la protection de la jeunesse (DPJ) et les personnes, organismes et établissements avec qui il est amené à collaborer,
    • de faciliter le pouvoir d'enquête du DPJ,
  • visent à soutenir le passage à l'âge adulte des jeunes dont la situation est prise en charge par le DPJ en prévoyant notamment l'obligation pour le DPJ de convenir d'un plan de transition avec le jeune dans les deux années précédant ses 18 ans ;
  • définissent l'exposition à la violence conjugale comme un motif de compromission spécifique et précisent les facteurs qui doivent être pris en considération dans l'analyse de ces situations ;
  • adaptent plusieurs dispositions de la LPJ aux Premières Nations et Inuit afin de mieux répondre aux besoins des enfants autochtones et de favoriser une plus grande participation des communautés et des organismes autochtones en milieu urbain aux moyens à mettre en place afin de soutenir les familles et d'assurer la continuité culturelle.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média