Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Publireportage

Retour

24 mars 2020

Collaboration spéciale - contact@lexismedia.ca

Quand faut-il contrôler sa glande thyroïde ?

L’hyperthyroïdie est une maladie endocrinienne. Elle se manifeste par un dérèglement de la glande tyroïde qui produit des hormones en trop grande quantité dans le sang. Elle peut survenir à n’importe quel âge et touche majoritairement les femmes. Ses conséquences sur le métabolisme sont nombreuses, c’est pourquoi il faut la diagnostiquer rapidement.

La glande thyroïde : la gardienne de notre métabolisme

La glande thyroïde régule les cellules de notre organisme : elle contrôle nos dépenses énergétiques, notre poids, notre rythme cardiaque mais aussi notre énergie musculaire, notre humeur, notre capacité de concentration, notre digestion, et bien d’autres fonctions. En cas de dérèglement, les conséquences peuvent donc être lourdes : le rythme cardiaque s’accélère, la température monte, les troubles du sommeil s’installent d’où une grande fatigue, les muscles fondent, le comportement est plus agité… C’est l’association de plusieurs de ces signes qui fait suspecter une hyperthyroïdie.

Plusieurs facteurs de risques à considérer

L’hyperthyroïdie est très fréquemment provoquée par la maladie de Basedow, une pathologie auto-immune de la glande thyroïde. Mais elle peut également provenir d’une surcharge en iode due à des médicaments ou encore d’une infection virale banale.

Il arrive que les femmes enceintes soient touchées lors du premier trimestre de grossesse en raison d’une surcharge hormonale des récepteurs de la TSH, l’hormone qui contrôle la thyroïde. Elle passe souvent inaperçue.

Quand faut-il contrôler sa glande tyroïde ?

Les personnes les plus à risques doivent évidemment être sous surveillance, notamment celles qui ont subi des traitements à l’iode radioactif. Les enfants exposés aux radiations ionisantes lors d’un traitement contre le cancer également, tout comme les femmes enceintes.

Un problème au poignet peut aussi révéler un problème de thyroïde. C’est même souvent un signe évident de l’hyperthyroïdie. Le syndrome du canal carpien peut ainsi signaler la pathologie. L’hyperthyroïdie augmente en effet la taille du nerf médian. Donc si vous ressentez des fourmillements, des sensations de décharge électrique dans la main, une faiblesse musculaire dans le poignet, il faut consulter pour poser le bon diagnostic.

 

Avant d‘envisager une opération du tunnel carpien, le médecin vous proposera un traitement adapté et des exercices d’étirement. Une attelle peut être proposée pour soulager les douleurs nocturnes. Si, en plus, vous décrivez des symptômes tels que la fatigue, une perte de poids importante, des bouffées de chaleur, des troubles de l’humeur, une prise de sang sera demandée pour mesurer votre taux de TSH.

 

 

 

prise sang

©Despositphotos

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média